Bandants

Parlons musique. Quoique…

Si j’avais été hype, je vous aurais proposé un truc un peu fonk, ou un genre de hiphop, de chose musicalo-dansante de qualité, née dans les années 70 qu’il est de bon ton de redécouvrir dans un souci du vintage absolu. Bon, c’est le créneau de ma pote Maud. Si j’avais été torturée, j’aurais partagé un bon vieux classique des années 60/70/80 pour vous montrer l’étendue de ma culture musicale. Si j’avais voulu faire kitsch, je vous aurais dépoussiéré je sais pas quoi des années 80. Ouais, je l’ai déjà fait. Et remarquez, bande d’ignares sans profondeur chronologique, que j’ai toujours ressorti des choses de qualité plus que supérieure.
Je vais pas déroger à cette règle, mais dans les années 90. L’exercice est plus ardu. Mais je suis une vraie, et je vous le prouve.

The boyband, a History. Les blaireaux passeront leur chemin. Les puristes diront NKOTB (New Kids On The Block, ndlr). Moi je dis Take That. Parce que british (et qu’est-ce que je n’arrête pas de dire? Le boyband n’est et ne peut être que british!). Avec la culture de l’extrême et du bad taste occasionnel subséquente. Parce que en pleine puberté (oui, les New Kids, ils avaient vaguement 13-14 ans, paye ton fantasme). Le plus jeune, Robbie, avait 16 ans révolus, c’est déjà pas mal. Maintenant, il roule des pelles à ses fans lors des concerts.
Note pour plus tard : Fanny, Knebworth est l’endroit ultime des concerts de la vie d’une manière générale.

On distingue communément deux éléments constitutifs à l’art musical du boyband. L’incitation à l’entertainment et la captatio benevolentiae construite autour de sentiments forts. En d’autres termes : dance pourrie à chorégraphie prémachée, et slows-tabourets. Deux choses définies par le parcours des Prends Ca (aka Take That pour les  merdophobes qui suivent pas). Ben oui. Ils ont suivi la règle d’or du succès pour un mâle. 1/ Plaire aux pédés. 2/ Plaire aux ovaires. 3/ En route pour la gloire.
Pour plus d’infos sur cette règle d’or, voir Sex and the City, Saison 6, épisode 6, Une Star est née. Samantha à Smith Jerrod.

Etape 1, plaire aux pédés. C’est dur à regarder jusqu’au bout, mais faites l’effort, on en sort grandi.

Notez les couleurs flashy (1990 oblige), même le blanc est flashy et agressif ici, les costumes moulants tendance kitsch soulignant de manière suggestive les parties génitales (téma les zlips moule-bite), les clous, les franges, le sky (ouais, m’étonnerait que ce soit du vrai cuir) et le côté jeune innocent imberbe et immature qui ne demande qu’à être déniaisé (pluggé, ça dépend du point de vue). Ca termine à poil en combat de bouffe, c’est beau, on aime. Après, c’est chacun son style : le crypto Billy Idol mou du menton, le petit minet à bandana (qui ferait penser à Brandon Walsh au niveau de la personnalité), le petit rigolo à casquette (eh ouais, il jouait la carte de l’ambiguïté sexuelle avant de lécher la glotte de ses fans sur scène, putain je m’en remets pas), le breaker sorti d’un clip de Benny B, d’ailleurs, on en a même deux pour le prix d’un. Bad taste, jelly food, muscles saillants, jolies fesses montrées pour créer le scandale. Notez qu’à la fin, Robbie écarte légèrement les jambes, et que si on avait une image de meilleure qualité… La recette est rodée, efficace, les folles de Manchester sont ravies. Seulement voilà. Quid de l’adolescente?

Etape 2, plaire aux fifilles.
Retournement de veste. Inversion du style, mais pas complètement. Là, on passe à la deuxième étape de l’esthétique clippesque des années 90, celle où les années 80 sont rejetées sans complexes. Le noir et blanc/sépia. Nos amis Prends Ca ont donné à fond les manettes dans le N&B/sépia : à vrai dire, tous leurs clips, c’est ça (je sais de quoi je parle, je viens de TOUS les regarder, et oui, vous pouvez me jeter des tomates pourries au visage). Comme je suis sympa, je vous mets la plus écoutable, et l’une des dernières, histoire d’illustrer la chose.

Merde, je trouve cette chanson sincèrement très bien écrite… Remarquez quand même le gars qui danse en haut noir moulant transparent sous la pluie… avec une chapka, oui oui oui, vous m’avez bien lue, une chapka. Le regard est perdu, la mélancolie se lit sur leurs visages graves (en vrai, défoncés à la coke, mais ça, l’histoire ne le dit pas), trois accords pourris sont joués sur guitare sèche pour celui qui sait toujours pas chanter, c’est lacrymogène à souhait. Bref, ça a marché. Le groupe a atteint sa “maturité musicale” (comprendre : ils n’ont plus besoin de se désaper pour se vendre, et ils peuvent peut-être même espérer faire oublier leurs débuts pour gagner une crédibilité dans le business). Y a de la ballade, des vraies paroles, vraiment écrites par un vrai membre du groupe (celui qui est vraiment mou du menton). On en vient même à les appeler les “fab five”, et à les comparer aux Beatles (ça fait mal, hein?). Nos adolescentes sont heureuses, leurs culottes sont dévastées (copyright Nina), et quand, 6 mois plus tard, le groupe se sépare, il faudra mettre au point un SOS détresse TT pour les plus désespérées d’entre elles.
La gloire était là.

Alors pourquoi parler de Prends Ca, ici? Qu’on ne sait plus qui ils sont depuis 10 ans? Que Robbie, certes, il est sex, mais on se dit que les autres, ils doivent faire la tournée des Boots d’outre Manche pour retrouver un soupçon de leur gloire d’antan? Eh bien, cher lecteur et ami, pour deux raisons. Déjà, les Prends Ca ne font pas la tournée des Boots, mais bien des stades géans (tournée souvenir cet été, les amis), et ils sont à guichets fermés en quelques minutes. Comme U2. Comme Madonna. Comme les Pixies (pitié pas taper!). Et surtout surtout, ça fait maintenant presque une semaine que je suis en régression adolescente. J’ai tout repassé en revue de ce qui nous ravissait sur Fun Radio et sur NRJ dans les années 90 première version (je parle ici bien entendu de Pop, donc exit Nirvana et compagnie, hein). J’ai revu des extraits de Dance Machine. Des clips de 2 Unlimited (très grands esthétiquement, regardez No Limit). Téléchargé La Bouche. Redécouvert Boyzone. Finalement, ressorti Morning Glory (presque une larme à l’oeil quand même) et mes CD des Cranberries, faudrait voir à pas trop déconner non plus (un peu de name-dropping n’a jamais fait de mal, qu’on se le dise).

Bon mes amis, j’en déduis une chose. Take That, c’était géant. Et de qualité assez supérieure. Dans un style. Dans le trash. Dans le sucré (diabétiques s’abstenir). Efficace. Massif. Inégalables. Jamais complètement égalés d’ailleurs, y a qu’à voir la vague de boybands à laquelle ils ont donné naissance après leur séparation (perso, je trouve ça très en-dessous). Pourquoi? Parce que, première chose, les cinq sont pour de vrai beaux. Voire musculairement canons. Et quand on regarde les autres boybands, en particulier les français, on voit à quel point c’est une gageure. De quoi générer le consensus. Deuxième chose, ils ont testé les recettes pour plaire au public et vendre un maximum de disques en un minimum d’efforts. Les autres, ils ont rien fait qu’à les reprendre couillonement, donc forcément, c’était moins efficace. Troisième chose, ils ont été les premiers à cultiver à fond leur image publique de gentils garçons. En gardant un certain humour. C’est con, parce que le second degré a pâti de leur phase “plaisons aux gonzesses”, mais c’est quand même toujours présent à la fin. Ce qui n’est pas le cas des autres, en général. Ca, c’est le british-style, je dirais.
Bref, c’était les Spice Girls, en mecs, et avant. Donc too much, daté, ringard, commercial. Bref, très très grand.
… … …
Putain, faut que je ressorte mes cd de Led Zeppelin de toute urgence, sinon, ma cause est définitivement perdue pour le rock. Et par ailleurs en outre, je suis bien contente que mon frère n’ait pas l’adresse de ce blogue…

2 thoughts on “Bandants

  1. Pingback: Look back. Look back at me. « Virgoblog

  2. Robbiiiiiiiiie!

    Toi, si tu continues, je bloque ton accès à youtube, je sens que ça t’aide pas.

    N’empêche il est beau, cet article, j’aurais aimé écrire le même!! Que de souvenirs. Je me souviens, quand je suis allée à Berlin en 95 pour un voyage de classe, ils étaient en concert dans la capitale allemande à ce moment-là, c’était la folie!! La soeur de la meilleure amie de sa corres avait tapissé sa chambre de poster Take that, murs et plafond et elle avait mis un T-shirt Take that à sa chaise pour la customiser. C’était fort!!
    Posté par Nina, 08 octobre 2006 à 21:01

    putain, un t-shirt take that, ça se serait un cadeau à me faire en ce moment!
    pour youtube, t’as raison, ça devient dangereux, je fredonne back for good sous la douche et tout, le danger me guette vachement!
    Posté par Virgo, 08 octobre 2006 à 21:18

    ah ce que j’aurais aimé être une fille pendant les années 90… meuh non j’déconne bien sûr !

    (sur ce, quand même, placer l(m)es Pixies dans cet article, c’est joufflu).
    Posté par Pipou, 09 octobre 2006 à 02:15

    Mais tu remontes dans le temps ??? n’oublies pas : “SNAP : The Rythm Is a Dancer”

    :-)
    Posté par tphosphore, 09 octobre 2006 à 15:22

    clap clap et schtak schtak

    aloooors je dis clap clap pour cette démonstration docul-montée mouf
    c’est le déchirage du commentaire de clips et de miousic

    et je dis ouah schtak schtak a ce génial réalisateur de cloup et a cette divine période ou on voyait des fessiers d’hommes frelottant comme de la jelly dans des plans balai espagnol/cul!

    c’est sur qu’a coté de cette emanation corporelle suggestive, les pauvres mous francais ou les héritiers vaguement du bas de la rue sont completement non-sexysex

    je propose cependant d’élargir le débat et je demande : la gelée aurait pas un role totalement majeur -mais jamais relevé jusqu’a présent- dans la culture 90’s? non parce que immanquablement, voir cette gelée partout, moi ca m’a achement rappelé parker lewis ne perd jamais et la gelée qu’ils foutaient au-dessus des portes eheheh –
    et hop débat hop hop

    oualaaaa j’ai dis des betises
    Posté par nyfah, 09 octobre 2006 à 20:25

    Voui voui voui

    Pippin : mais je suis joufflue, mon cher (on me donne même 5 ans de moins que mon âge)… ceci expliquerait sans doute cela…

    Mister T : peuwah, mais pour qui tu me prends??? Apprends, jeune innocent, que Snap, Nyfah et moi, on l’avait gravé sur un cd il y a 4 ans pour l’amener aux soirées de l’école histoire de mettre de la bonne dance des familles! un des rares bons titres de dance, j’y crois pas…

    Nyf : oui, alors je note. “Docul-monté”, j’aurais presque dit docul-montré d’ailleurs, hihi, je note plan “balai espagnol-cul” qui résume parfaitement la situation, et je note “sexysex”, que je trouve chagasse à souhait. J’étais sûre que tu serais sensible au clip number one, d’ailleurs. quant à la jelly food, j’alimente le débat en rappelant une grande scène de jurassic park, le premier bien sûr. quand les raptors arrivent dans la cantine où les gamins se sont réfugiés, la peur est signifiée par les tremblements de la fille, qui a de la gelée verte dans sa cuiller… trrrrrop bon comme plan, ultra efficace. donc j’abonde complètement dans ton sens!
    Posté par LilVirgo, 09 octobre 2006 à 22:15
    boysband suck

    allez pour réagir youtubement au sujet


    ca va faire plaisir a ton frerot!!
    Posté par nyfah, 10 octobre 2006 à 01:02

    blasphème!

    c’est un peu plus complexe que ça… si j’puis m’permettre…
    Posté par LilVirgo, 10 octobre 2006 à 19:38

    ptain merde je vais me faire excommuniée du b15 par Virgo
    je me flagellerai 800 coups tous les matins en recitant “Take that nos freres qui etes hors-jeu” etc etc
    Posté par nyfah, 10 octobre 2006 à 20:11

    nos frères qui êtes hors-jeu…

    que vos noms soient déterrés
    que vos clips reviennent
    que vos chorégraphies soient faites, sur la scène comme dans nos chambres
    donnez nous aujourd’hui notre fantasme de ce jour
    pardonnez-nous notre gueurlitude,
    comme nous vous pardonnons votre kitschitude
    soumettez nous à la tentation
    et délivrez nous des mâles.
    Posté par LilVirgo, 10 octobre 2006 à 20:25

    Ass-aise

    god save take that
    god bless take that
    amoun
    Posté par nyfah, 10 octobre 2006 à 20:42

    Merci

    Merci merci merci, avec toutes ces images de fesses, je vais bien dormir ;)

    Bisous.
    Posté par Gauthier, 13 octobre 2006 à 00:18

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s