Rapidos

sort of punky, electronica kind of grime kinda like new-wave grime, kind of maybe like more broken-beats like kind of dubbie broken beats but a little bit kinda a bit soulful like high drum n bassy but kinda more broken drum and bass…

C’est pas mal comme ethos, non? Merci Nyfah.

Bon, en 2/2 et dans la série “Jour après jour”, au rayon de mes obsessions nazes:

Je voulais dire que j’aime pas le name-dropping, en fait. Y en a de partout c’est insupportable.

Dans Baywatch avant-hier, saison 5, post-Pam, période Yasmine Bleeth/Donna D’Errico/Geena Lee Nolin/Traci Bingham (os’cours!), ils ont fait un remake des Dents de la Mer. Yasmine Bleeth explosait un Grand Blanc en un quart d’heure. Et là, ça m’a permis d’avoir les réponses à toutes les questions que je me posais. C’est vraiment pire que tout. Les mecs pensent créer l’hommage, mais ça foire. Du coup, le cynisme, il est complètement involontaire. On rejoint l’esthétique de réception élaborée pour Camping toute faite de paille et de poutre dans les yeux, toute faite de miroir universel et j’en passe. En gros, le mec qui écrit pense rendre hommage et avoir un ton décalé. Mais son décalage est en fait une embourbade. Et le spectateur se trouve partagé entre le rire et les larmes (sauf s’il a la gaule, mais ça, ça compte pas, Yasmine, quand elle bute un requin, par exemple, elle court pas). Bref, c’est flippant.

Je suis en train de me lancer dans une quête improbable du clip le plus loosy de la création. Tâche incommensurable devant l’éternel. Pour l’instant, l’esthétique du clip vraiment trop naze, j’en ai des prémices, mais ça demande à être affiné. Premières bases.
Que les choses soient claires, un clip n’est pas naze s’il est efficace.
Ainsi, les clips de Take That sont en général très bons. Pourquoi? Parce que EF-FI-CACES (oui, on césure aux syllabes, n’oublions pas que je mime du français oralisant). Alors un clip de type “Pray” qui nous les montre dans une crypto-érotisation du pauvre sans cesse plus poussée et plus hasardeuse (d’où un mec en slibard/chemise c’est sex? je m’demande, tiens), dans une esthétique so 90’s, c’est bon. A sa manière, mais oui, quand même. D’ailleurs, Take That sort incessamment un deuxième single de son nouvel album, mais marche-t-il réellement outre-Manche? C’est la question que je pose à notre envoyée spéciale. Si oui, je suis trop forte. Sinon, ben tant pis.
Un clip “Viva Forever” des Spice Girls, je regrette, mais ça chie. A bloc, même. D’ailleurs, j’en mettrai pas la video. J’ai des limites. Le pitch. Brad et Stanley, deux pré-boutonneux de 9 ans jouent dans la forêt, ils trouvent un oeuf à tirette. Siiiii vous savez, les tirettes qu’on trouve à la foire, ou devant chez le boulanger à côté du manège en forme d’avion bleu métal, ou devant Leclerc à Alençon (pour Champfleur prendre deux sorties après le rond-point). Bref. Brad et Stan trouvent un oeuf. Dans cet oeuf se trouve une poule. Clip fort didactique, qui prend la peine de répondre à l’un des grands mystères de l’humanité, qui de l’oeuf ou de la poule est venu en premier. Donc on apprend que 1/la tirette, 2/l’oeuf, 3/la poule, 4/les poules Spice Girls. La condition de la femme se porte bien, merci. La poule conduit en effet nos chérubins au coeur d’une forêt (mystérieuse, n’oublions pas que les Spice Girls ont a priori le même pedigree que la Dame du Lac et que Viviane). Au beau milieu d’une clairière se trouve un Rubik’s Cube. Oui. De ce Rubik’s Cube surgissent 5 féettes en crypto-pâte à modeler. Les petites fées enlèvent un des mioches (l’autre a eu peur, t’as qu’à voir les boudins, heureusement qu’elles se sont ressaisies depuis, nan mais j’te jure, cas inédit d’un groupe qui a enlaidi ses demoiselles, alors qu’elles étaient censées être bandantes). Le mioche est enfermé dans le Rubik’s Cube pour toujours de la vie, et son pote prend le Rubik’s Cube, le met dans un oeuf, et lance l’oeuf dans la tirette. Ca a l’air con, raconté comme ça, hein? Et ça l’est.

Avant de continuer, je voudrais féliciter l’homme qui a créé l’article “Rubik’s Cube” sur Wiki. C’est un post que j’aurais voulu écrire, si j’avais su, si j’avais pu, tant de rêves inassouvis, entre ça et frivoler sauvagement avec Colin Farrell… je m’égare.

Viva Forever des Spice Girls est un mauvais clip. Pourquoi? Elémentaire. D’une, c’est un clip qui se la joue. Ca pensait faire du mystérieux nimbé de dignité, oui mais. Mais c’est les Spice Girls, les nanas les plus vulgaires de la planète, qui ont quant même créé un idéal de développement personnel en 5 clichés. Des nanas fort mal entourées. Bref, pas de quoi être fières. De deux, c’est un clip narratif. Et dieu sait que le narratif c’est casse-gueule que ça en peut plus. En gros, à part Michel Gondry, je vois pas trop. Pourquoi? Là encore, élémentaire : Mitch Gondry, quand il fait du narratif, il narre pas vraiment, il atomise la narration, il montre que le narratif c’est absurde (voir les clips de Human Behaviour et de Bachelorette). Ce qui permet de comprendre aussi pourquoi les clips Boutonnatesquement mauvais de Mylène Farmer sont vraiment trop mauvais. Narratif qui se la joue. Encore une fois. Qui n’innove en rien. Qui ne propose rien. Qui ne sert rien. Si ce n’est un cinéaste raté qui a trouvé là un exutoire pour son “génie”. Désolée pour les amoureux de Mylène qui nous lisent. Mais merde, quand on connaît la maison, on sait à quoi s’attendre.

Ici, le style c’est plutôt “sort of punky, electronica kind of grime kinda like new-wave grime, kind of maybe like more broken-beats like kind of dubbie broken beats but a little bit kinda a bit soulful like high drum n bassy but kinda more broken drum and bass…” See?
Si seulement…

One thought on “Rapidos

  1. Coucou Virgo,

    dans le domaine du clip possédant toutes les qualités requises pour faire partie du top 100 des meilleurs vidéos, voici ce que je propose, selon tes critères:

    1/il n’est pas narratif
    2/il EST efficace (ou avoue-moi si tu n’as PAS pissé de rire en le mattant)
    3/contrairement à l’antinomie ‘authenicité du message/poules les plus vulgaires de la planète’, ce clip joint parfaitement les images au personnage dans sa plus grande intégrité.
    4/il se la joue? Mmh… plus difficile à dire s’il est le paroxysme de l’autodérision. Dans le cas contraire, oui, il se la joue. Mince alors, one point less.

    Bon, allez, devine:

    Enjoy!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s