Carrie, Serena et New York

La parisienne en mal de hypitude new-yorkaise est aussi charmante que sidérante. Après s’être longtemps repue de Carrie Bradshaw et de ses amies, voilà qu’elle lui est infidèle et tourne son attention vers Serena, Blair et Jenny. Cf les 35 blogs de meufs qui ont, en l’espace de 3 semaines, publié un sympathique post vantant les mérites de Gossip Girl et de sa vision de New York. Tout ça pour une série pour ado pas si géniale, je suis bluffée.

Je tiens à féliciter toutes nos amies wannabe Carrie devenues wannabe Serena. Passer d’un role model de type “trentenaire, active, autonome” à un role model “ado pourrie gâtée née avec une cuiller en argent dans la bouche” suppose un grand écart d’une souplesse que personnellement je n’ai pas. Passer du look couture de Carrie au look preppy girl de Serena et de Blair suppose une versatilité qui m’étonnera toujours.

Il y a 10-15 ans, l’image de New York était pourtant vachement moins luxe, vachement plus crappy. C’était la hype qui venait du bas, c’était Fame, c’était Rent, c’était Desperately Seeking Susan. Mais c’était aussi les putes qui t’accostent dans ton yellow cab, les rues pavées de rats, les junkies, des fusillades aux coins des rues… Sex and the City a au moins eu ce mérite d’être sans doute la première série à vraiment révolutionner l’image de la ville et les aspirations des touristes lorsqu’ils posaient le pied à JFK.

Faut-il y voir le résultat d’une excellente politique de RP de la part de la mairie de New York, par laquelle l’image d’une ville crade, dominée par la criminalité a été remplacée par l’image d’une ville glamorous dominée par la Fashion Week? En un sens, oui. C’est-à-dire que par RP, il faut sans doute entendre “déploiement de forces policières pour réduire la criminalité” ou un machin du genre.

Notons cependant que la réalisation du rêve coûte un SMIC, parce que les dîners chez Pastis, sorties au Marquee sont à peu près aussi économiques que le shopping chez Diane Von Furstenberg et autres Jimmy Choo, et que les sorties plage aux Hamptons supposent des connections que même pas en rêve tu les as.

Et n’empêche, l’imagerie new-yorkaise mâtinée de Superfly et de Carlito’s Way, c’était bien aussi.

13 thoughts on “Carrie, Serena et New York

  1. Je suis assez d’accord avec toi même si j’aime bien cette nouvelle série, mais je suis une pouff de temps en temps aussi. Ce que j’aime dans NYC, ce n’est pas ce qu’on voit dans ces séries ( ca reviendrait à réduire paris au 16eme/ 8eme) mais plus le coté cosmopolite et vibrante de cette ville. Le coté finalement de NYC qui transparait plus dans les films ou les livres que dans les séries. Mais même si j’adore NY, je ne pourrais pas y vivre, du moins pas toute ma vie.

  2. oui carrément
    d’ailleurs, un truc assez marrant, c’est que rares sont ceux qui restent vraiment à ny. c’est une ville plutôt transitoire, et les gens y restent en moyenne 3 ans avant de se lasser… ça doit être trop intense, ou je sais pas trop…

  3. c’est un peu comme si on se mettait à porter des eastpak, des converses et des manteaux noirs/bleus/gris et à traîner continuellement au Luxembourg, à la suite du visionnage de “La vie devant nous” (si je me rappelle bien la série – par ailleurs pas mal si je me rappelle bien aussi)…

    Sinon, dans la veine série d’ados se passant dans une capitale où y a que gens beaux et stylés : As if? (diffusée à un moment sur MCM sous le nom Et alors? – avec gros travail de traduction-)

    souvenirs souvenirs

  4. que dire? Que le new-york que j’ai vu et qui m’a plu ressemblait à hell’s kitchen, à little italy et à l’ouest de greenwitch village, assez loin de l’image véhiculée par Carrie et consorts.
    Plus je te lis, plus je t’envie d’être où tu es!

  5. Nyfah : c’est pas ce qu’on fait un peu déjà, d’ailleurs? Ouais c’était pas mal dans le style jeunesse dorée mais réaliste quand même. As if est carrément plus déjanté que Gossip Girl et consorts (90210 troooop bien!)
    Jack : figure-toi que la maison de Carrie, censée se situer dans l’Upper East, vient en fait de West Village. Pour moi, c’est le NY de mes rêves, mais plus trop du réel. Hell’s Kitchen, c’est sympa. Mais Brooklyyyyn, les gens, Brooklyyyn!

  6. Attends, t’habites en effet Brooklyn, mais te la joue pas trop quand même… Les connections pour le week-end dans les Hamptons, tu les as aussi.
    Et c’est ça qu’est cool, justement.
    Bobo power.

  7. arrête, mon quartier, c’est la hype tendance portoricaine, pas le chic de l’upper east tendance j’habite sur Park! les hipsters sont des mecs à la page mais PAUVRES. je garde ma street cred’.
    Bobo power, en effet!

  8. les hamptons c’est les comtés très chics de long island, qui sont au bord de la mer, et qui ont plein de trèèès jolies maisons appartenant (le plus souvent) aux mecs blindés de thunes vivant sur manhattan.

    (une qui voudrait bien)

  9. Même si je revendique une certaine pouferie de trentenaire sexué, actif et autonome due aux 4 donzelles , je crois que mon image résiduelle de NYC a plus été fixée par Spin City et HIMYM.
    Un NY très street avec des bouches d’égout fumante, des indian yellow cab, des par-dessus , des escaliers de secours extérieur, des pubs irlandais , un carré vert au milieu et une raison d’écrire une comédie romantique à chaque coin de rue, bref un truc très fantasmé.

    Sinon, bcp de bonheur pour vous les chics Chicks

  10. Oh Yome, ça fait une paie!! J’y ai pensé aussi, mais c’est un NY tellement figé qu’il ne fait pas tant partie que ça de ces séries au final, j’ai l’impression. Par exemple, les scènes d’extérieur dans Spin City ne sont pas non plus si fréquentes…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s