Considérations consuméristes

Noël c’est censé être devenu plus simple que par le passé.

Plus simple grâce à quoi? Aux tickets sans prix, à Ebay et aux 30 jours d’échange. Tout ça crée une cérémonie supplémentaire lors de la remise du cadeau: “si ça ne te plait pas, aie la simplicité de me le dire, c’est très facile de rapporter en boutique”. Non c’est pas facile. Échanger ou refuser un cadeau, c’est l’irruption d’Ebay dans le Cosmos, c’est briser une chaîne affective rituelle, c’est entraver le destin.

En plus, avoir chez soi une pile de cadeaux un peu ratés, c’est marrant, ça permet de faire des déguisements les années suivantes, ou alors de voir ses goûts évoluer quand ce qu’on a toujours planqué au fond de l’armoire, on le ressort en y voyant un trésor. Bon, c’est vrai, c’est lourd, les cadeaux ratés. En vrai, ça me déprime comme un foie gras trop chaud sans Monbazillac (j’emmerde ceux qui aiment pas le Monbazillac, pour moi c’est un puissant révélateur de saveurs). Ça me rend d’une tristesse à pleurer.

Mais je crois que les cartes cadeau ne m’amusent pas plus, et les cadeaux de commande encore moins. Bref, considérez-moi chiante, je pense juste avoir une saine exigeante avec mes connaissances. Je ne commande rien (ou alors je suis fauchée comme les blés), on doit me surprendre et j’accepterai tout sans fausse complaisance, sans revendre sur Ebay, et sans échanger. Du coup, imagine toi que je suis démunie devant cette injonction à l’échange/retour devenue quasi-systématique à chaque déballage de paquet. Ca brise la magie, moi qui suis persuadée que dans un monde parfait, les cadeaux sont faits en adéquation avec l’être aimé/objet du cadeau. L’achat-même du cadeau suppose une symbiose avec son destinataire qui fait qu’on ne peut pas vraiment se tromper (je flippe d’écrire ça, parce que les destinataires de mes cadeaux qui me lisent, ils vont pas me rater si je me plante). J’ai acheté un sac en faux-python-rose-et-violet/faux-cuir-argent à ma belle-mère (Topshop? Topshop.). Ça m’a fait saigner des mains de taper mon code de CB pour cet achat, mais je te jure que j’ai pas gardé le ticket de caisse. Pas d’échange possible, mais cet objet était fait pour elle (c’était écrit dans un vieux parchemin en sanskrit qu’on a retrouvé dans le tombeau du prêtre Mola Ram – un homme très sympathique qui fait brûler des cœurs humains en offrande à Kali).

Dans l’idéal, je pars du principe que quand on me fait un cadeau, c’est une vision qu’on a de moi, un regard extérieur, un message  affectueux qu’on veut me faire passer. Quand cet état d’esprit entre en jeu, pas d’inquiétude à avoir, tu peux pas te planter. Il entre en jeu une créativité interactionnelle entre l’émetteur et le destinataire. Un putain de plaisir d’offrir, bordel. Pas un bon d’échange. M’offrir la possibilité d’aller occire une caissière de la Fnac ou du Printemps dans la cohue des fêtes ou des soldes, ça m’enthousiasme assez moyennement, je dirais.

Si je veux aller plus loin dans ma démonstration, m’offrir un bon d’échange ou une possibilité de mettre en vente sur Ebay, c’est déballer un cadeau en sursis, un objet qui est là sans être là. C’est un peu comme les boutiques qui ont préparé leurs rayons pour les soldes une semaine avant les soldes. Tout est prêt pour le 6 janvier, les étiquettes couleurs nous indiquent déjà quelles seront les réductions sur quels articles, mais tout est encore au prix fort. Meaning: sauf si t’es très con, tu risques pas d’acheter. Tu contemples donc un objet qui n’est donc pas vraiment tout à fait là. C’est d’une complexité qui me fait très mal au crâne. Donc non, je dirais pas que c’est plus simple.

.

Moi qui aime pourtant bien la consommation, ça m’en bouche un coin.

16 thoughts on “Considérations consuméristes

  1. Quand on t’offre un t-shirt en L (qui a de fortes chances d’être en fait considéré comme du XL dans un pays avec une alimentation raisonnable/raisonnée), alors que tu rentres SANS PROBLÈME dans le taille M, c’est aussi un message affectueux ? Ça en dit quoi sur la vision qu’on a de moi ?…

    • Gyom : l’année dernière, ma soeur m’a offert un tshirt XL (…) gris chiné avec dessus, un cheval qui fait un calin à un chat par la porte de son box (“T’aimes bien les chevaux, t’aimes bien les chats, j’ai pensé que ça te ferait plaisir”).

  2. Looooool Pizza pute, je kiffe la façon de penser de certaines personnes… je me demande si on devrait pas faire des expériences sur eux pour en apprendre un peu plus…

      • Bon j’avoue ne pas savoir qui était Mengele, heureusement, Google est mon ami, et pourquoi pas… c’est juste que certaines choses qui sont mises en relation m’étonnent : par exemple, pourquoi sur les Tee Shirts Johnny Halliday, il y a toujours un loup, un clair de lune, etc…

  3. Pingback: Chroniques d’une néo-luxembourgeoise » Meilleurs quoi ?

  4. Ma BM m’offre des pulls tuniques chaque année (et par paquet de trois), dois-je comprendre que
    1. j’ai un gros popotin ?
    2. il fait beaucoup trop froid en région parisienne, il faudrait que je déménage près de chez elle (marseille)
    3. elle a l’imagination d’un ptit pois ?

    • Ben ouais, je trouve ça déprimant, ces cadeaux sans imagination, ça relève du cadeau à bon d’échange, c’est triste. Ca tue le bonheur qu’il y a à se faire des cadeaux (tu penses que même pour ma BM, je me creuse, c’est ouf, non?)

  5. Moi personnellement, je trouve que le pire du comble du pire (ouai tout ça), c’est les proches qui ne font même pas l’effort d’un peu d’imagination et qui te sortent au moment des fêtes: “tu veux quoi pour Noël/ton anniversaire?!” alors que toi tu te décarcasses à leur trouver THE GIFT of the year quoi. Ca, ça pue. Parce que ça nique tout comme on dit: t’as aucun plaisir/aucune surprise à découvrir la chose… Parce qu’en plus, c’est toi qui a choisi. C’est même pas se faire offrir quelque chose mais se faire payer un truc. C’est totalement impersonnel et décevant comme système. Du coup tu te retrouves un peu bête devant le sapin ou le gateau, tu miaules un pauvre “merci” et tu te dis “ben au moins j’ai bien choisi”… Après c’est sûr que les bons cadeaux, c’est naze dans le même genre,.

    Mais je troquerais volontiers tous les cadeaux ratés du monde contre mes cadeaux pas drôles qui ne viennent que de moi, même si c’est écrit “de la part de machin” sur le paquet. é_è
    /instant revendication off/

    • Je suis assez d’accord, les cartes cadeaux sont tjs un peu une trahison au principe du cadeau, on en garde l’aspect purement sonnant et trébuchant et on le défait de son aspect imaginatif/ludique/sympa – du coup, on ramène ça a la mauvaise caricature ultra-commerciale de noël. C’est très mal pour les gens comme moi qui continuent de penser que Noël a une âme…

  6. Je confirme : Virge tu choisis à l’exacte perfection les cadeaux – surtout le dernier.
    J’espère que le tien te fera plaisir dans la pratique
    eheh

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s