V-Day, R-Rating, and shit

J’étais seule.

Oh, la Saint Valentin est toujours hautement controversée dans les milieux autorisés en France – en vérité, je trouve ça terriblement mainstream, à titre personnel, j’ai toujours défendu ce jour, bien qu’ayant vécu 25 ans dans le célibat le plus endurci. Notons que la Saint Valentin est moins controversée aux États-Unis. En revanche, être seule et sans alibi au moment des faits, c’est un peu un suicide social.

Car les gens pratiquent, avec plus ou moins d’enthousiasme, mais ils pratiquent. Et c’est plutôt agréable à voir.  La Saint Valentin est visible, et pas seulement au succès de Valentine’s day – je refuse de parler de ce film qui montre un peu trop que le cinéma, c’est pas comme la vraie vie depuis que Taylor et Taylor ne sont plus ensemble irl. Dans la rue, la moitié de la population a des fleurs dans les mains, qui pour les offrir, qui pour les ramener fièrement chez soi. C’est une journée fleurie. Les restaurants proposent un V-Day special menu (partie piège à con), les bars proposent des shots à pas cher pour les célibataires en horde (partie marrante). Donc non, ce n’est pas une fête juste nulle et commerciale, il y a aussi un esprit assez marrant. Mais dans les faits, les seules personnes qu’on peut fréquenter ce jour là, c’est un compagnon, un date ou des girlfriends toutes célibataires et prêtes à en découdre.

Mon statut de new girl in town fermait un peu l’option 3 – ça et le fait que mes amies sont toutes plus ou moins acoquinées à un +1. Quant à mon significant other, il était hors du pays au moment des faits. J’étais donc seule, littéralement. Il ne m’est resté comme compagnie que mon abonnement Netflix pour occuper mon samedi soir et mon dimanche soir. 

.

Le résultat de tout ça, c’est que j’ai donc fait un banc d’essai (pas du tout exhaustif) de différents types de films d’épouvante, du slasher au splatter, en passant par le satanique et le zombie. Seule dans le noir chez moi (sinon, le défi n’y est pas vraiment).  J’ai même pris une douche hyper chaude après Candyman, ce genre de douche où tu frottes le miroir de la salle de bains juste après (pour y trouver l’assassin – tu sais, ce mort-vivant qui va t’éventrer de façon tout à fait sanglante). In fine, je préfère déclarer que 1/ j’ai un seuil de résistance au stress assez bon, mais 2/ un seuil de résistance à la torture plutôt très bas, et 3/ qu’Eli Roth est devenu mon fantasme numéro 1 (devant Colin Farrell, devant Henry Cavill et même devant Owen Hunt). C’est en effet le seul réalisateur pour le moment qui m’ait salement foutu les jetons pendant plusieurs semaines – ce qui est terriblement badass, donc terriblement sexy. Pour le reste, je demeure une blasée insensible. Alors oui, si je trouvais le courage de regarder Nightmare on Elm Street (j’ai toujours eu peur qu’on s’en prenne à mes rêves), peut-être que je fantasmerais sur Wes Craven (mais 70 ans quand-même)…

(Eli Roth n’est pas vraiment unijambiste borgne non plus, ceci n’enlève rien).

.

J’ai par ailleurs excavé des archives de mon blog. J’ai retrouvé notamment cette jolie vidéo des années 70, ou encore ce grandiose moment de fanarts complètement sous acide autour de Lost ou cette fameuse exégèse de la Saint Valentin (on y revient). Je linke comme une connasse, mais j’aime bien ces posts, en vrai, et je crois que si je les avais pas déjà faits, je les referais. Vous saviez qu’en fait j’écris des bêtises sur Internet depuis décembre 2005? C’est-à-dire que je suis aussi répandue sur le web que les restes d’un zombie de Brain Dead (celui-là je l’ai pas regardé dans le noir, mais en mangeant des nems, un midi en 2002, appréciez le niveau de classe). Du coup, quand je m’ennuie vraiment beaucoup trop, je copie-colle des vieilles notes ici – ce blog grandit dans les deux sens, OMG mais c’est fascinant. J’ai aussi longuement tergiversé sur l’importation des commentaires mais tout bien réfléchi, je crois que ça me fait un peu trop tomber du côté loser de la force, donc: si ma catégorie Vieilleries contient des notes sans commentaires ou presque, c’est pas que je me sois acharnée pendant 2 ans 1/2 à écrire pour personne, voyez-vous.

Dans ma prime jeunesse de blogueuse, je faisais ce type de notes niaises où j’expliquais que “c’était mon blog et que je faisais ce que je veux”, et je me lançais dans de la private joke unilatérale complètement opaque pour un public non-averti. Je faisais aussi beaucoup de notes très intéressantes de type “oulà j’ai exam’ de Néerlandais, j’ai pas révisé, la criiiiise” ou encore “y a un mec qui me plaît genre trop sur la blogo, mais merde, c’est pas Meetic ici, hihihi”. Ça marchait du tonnerre. Les anciens comprendront. On résumerait assez bien les choses par les termes “pathétique” et “immature”. Cependant, c’était fin 2005, ça se faisait encore, ces choses. C’est plus embarrassant de faire ça en 2010 par exemple (ça s’appelle un skyblog). Du coup, par confort intellectuel et par dignité personnelle, j’ai toujours préféré marquer la date officielle de début de mes blogueries à cet incipit de Septembre 2006 qui résumait assez bien la situation sans trop m’embarrasser. Le hic c’est que j’ai retrouvé une ou deux notes antérieures à cette date qui me plaisent pas mal – affreusement datées dans le style, très scolaires et affreusement datées dans le style, mais mignonnes malgré tout (je vous ai dit que c’était affreusement daté dans le style?). Vous savez, ces notes où, pour la première fois à New York, j’expliquais que j’allais m’acheter des chaussures comme Carrie-Bradshaw-qu’est-trop-mon-idole et où je montrais des photos du métro et de Times Square parce que “mon dieu c’est trop typique”.  C’est très choupi mais si je les importe, ça casse toute l’harmonie diachronique que j’avais plus ou moins recréé. Rah je sais pas qu’en foutre de ces notes je suis emmerdée.

14 thoughts on “V-Day, R-Rating, and shit

  1. Remets-les! Pour tes nouveaux lecteurs (j’ai connu ce blog via la note d’Elixie) qui n’ont pas eu l’occasion de lire l’ancien-toi. Et heureusement qu’on est un peu niais en arrivant dans un nouveau pays, ce serait triste sinon.

    • Et courir le risque qu’on pense que mon moi de 2010 est le même que mon moi de 2006? Psychanalytiquement, je suis pas sûre de la démarche!
      (ça fait très narcissique, tout ça, mais qu’est-ce qu’un blog, sinon…)

  2. moi, je les publierai à ta place. soit les laisser tels quels, soit les mettre au goût du jour, je ne sais pas, mais ne les jette pas…

    • J’avoue que j’ai un peu modifiés certains de ceux que j’ai republiés. C’est pas orthodoxe, mais certains tics langagiers rendaient le tout illisible (je trouvais ça cool d’avoir plein d’expressions rigolotes, à l’époque – ah ça, on grandit, même après 20 ans!)

  3. Mais ouéééééé ! Balance vazy !!
    et c’est rigolo, t’as mis des “featuring” dans les premiers posts ! hihi y a pas que toi qu’avais un style de pue-du-cul il y a 4 ans !! trop l’affiche !!

    • Attends, mais j’aime CARRÉMENT ta vision fulgurante du paradis! Quand je l’ai relue ce weekend, ça m’a fait marrer pas mal j’avoue. C’est pour ça que je l’ai mise ici, mais je vais peut-être y trouver une autre place, justement pour maintenir l’incipit en premier (je suis d’un maniaque)

  4. hoho un toast avec une antenne télé sur la tête, ces bonhommes sont vraiment super :)
    c’est trooop chouette de relire les vieux articles !!

  5. Mon souvenir du lycée aux Etats-Unis c’est qu’à la St Valentin tu offres un œillet rouge et une carte à tes amis très chers. J’avais beaucoup aimé le fait que ce jour soir aussi la fête de l’amitié, et pas seulement des amoureux.

    Dans le même genre, l’une de mes meilleures St Valentin avait été quand deux de mes meilleurs amis et moi-même (tous en couple respectivement) nous étions retrouvés par hasard dateless ce soir là. Je les avais invités à la maison pour manger des lasagnes faites de mes blanches mains. C’était super fun (et suite à ça on avait lancé un concours de lasagnes de grande ampleur, mais c’est une autre histoire).

    Je crois que tu ne devrais pas avoir honte des tes archives de 2005. Par exemple Garance Doré a laissé ses tous premiers posts et c’est assez fascinant de voir le chemin parcouru, en terme de dessin, d’écriture, de style etc… Mais on est toujours très sévère avec soi-même.

    • Oui, exact! J’ai pas trop eu l’occasion de voir l’aspect “fête de l’amitié” pour cause de “new in town, etc.” mais c’est clairement qqch que je trouve appréciable. Ca m’emmerde, les pisse-froids qui râlent sur l’aspect commercial de la fête, parce qu’ils ratent complètement cet esprit joyeux qui consiste à dire, aussi de manière très simple, à qqn qu’on l’aime bien, de plein de manières différentes. A San Francisco, il y a eu un pillow-fight géant, par exemple, ça devait être marrant à voir aussi.

      Sinon, j’ai vu les premiers posts de Garance Doré: bon, c’est plus passe-partout que ce qu’elle fait maintenant (mon dieu cette photo de la nana avec sa parka blanche et son PS1, je fonds) mais ça reste beaucoup plus présentable que ce que j’avais! :D
      C’est vrai qu’on est sévère avec soi-même, mais on fait aussi un blog pour soi, donc… Si au début je trouvais que c’était le mal d’éditer de vieux posts, ou de les supprimer, maintenant, je n’ai plus tant de scrupules (je le fais le moins possible, ceci dit, parce que c’est amusant de voir 1/l’évolution, 2/de me remettre dans mes baskets d’y a 2-3 ans)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s