Can’t knock ’em out

Alors l’autre soir, j’étais en goguette avec mes Américaines, Shanna, Cynthia, Indra, Katie et Ashley. A ce stade de mon récit, je tiens à préciser que je n’invente aucun nom sur ce blog (même mon surnom/pseudo, je l’ai pas inventé, c’est vous dire le niveau). C’était très filles, très Jersey, très trashy (à vrai dire: Jersey meets Delaware meets Central Penn, et je me demande si c’est pas pire).

On s’est retrouvé dans un de ces bars de Olde City à faire pâlir Snooki et The Situation (vu leur carte de fidélité Point Soleil, c’est beaucoup dire). C’était le genre de bar où le DJ passait les Backstreet Boys et faisait chanter le public (un truc très bizarre). Hum. L’Américaine était en robe légère et moi j’étais en short en jean et t-shirt nerdy. Bref, pendant que Clément était en train de tranquillement jouer à Call of Duty ou DJ Hero avec ses colocataires, moi je pratiquais la girls night. Ouais, on n’est pas avare de clichés entre nous.

Parlant de clichés, je crois que la pick-up line la plus surprenante à laquelle j’aie eu droit fut celle d’un Jersey Boy qui est venu me dire que son pote *trouvait mon sac à main très cool et donc voulait m’offrir un verre*. Il y a tellement de choses qui tournent pas rond dans cette proposition que je ne sais pas par où commencer. Me draguer à partir de mon sac? Recourir à l’excuse du bro? les copains qui regardent à quelques mètres? J’en déduis donc qu’il s’agissait là d’un bêta-test – voir si ça marche de parler le “langage d’une nana” pour l’accoster attendez les mecs, j’essaie avec la meuf qui a un sac weird là-bas, si elle me jette pas on est bon.

Point is: well-played, bro, je m’attendais à tout sauf à ça.

Gaga approves.

Ensuite, le t-shirt Breakfast Club semble valoir tous les décolletés du monde pour pousser l’ Américain à engager la conversation. Peut-être (peut-être, hein) qu’il est plus facile d’engager la conversation en termes de “Omagad is that a Breakfast Club t-shirt????” qu’en termes de “Wow girl: bewbs”. Ca aide.

Toujours est-il que je me suis retrouvée dans une situation inédite pour moi qui jusqu’ici ai toujours été accoudée au bar avec mon gars autour d’un millier de pintes de Guinness (alors parce que OUI, la Guinness est moins forte – je sais c’est très bizarre mais c’est de la bière de régime). Me voilà donc en pleine conversation cinéma avec un gars (tant qu’à faire), pendant que, à un intervalle régulier, tous les geeks de cet endroit m’arrêtent pour me féliciter sur mon t-shirt (il y en avait beaucoup – ce bar sentait le social despair à plein nez). Forcément, à la fin, le gonze me demande mon 917 (j’ai de très bons goûts ciné). Forcément, je me dis que je vais inventer un numéro. Mais forcément (ter), j’avais trop bu. Donc au vu des 3 texts, et 2 messages vocaux reçus en une semaine, j’en déduis que 1/j’avais le cerveau trop mou pour inventer quoi que ce soit (je suis une très mauvaise menteuse), 2/ce bro ignore tout de la communication non verbale.

On est confronté à un léger problème, là, les enfants. Que veut l’étiquette dans ces cas-là? Si j’avais donné un faux numéro, il aurait pu vouloir vérifier et c’était busted dans ma face. Maintenant, en ne répondant pas, je passe pour une méchante au cœur de pierre. Mais si je réponds un truc comme “désolé, non on peut pas hang out, j’ai un mec”, j’inverse le rapport de force en termes de “t’emballes pas ma grande, je voulais juste prendre un café, pas t’épouser” (ce qui est toujours vexant). Alors que si ce cornichon avait compris au premier text sans réponse que NON, je veux pas le revoir, on en serait pas là à me flanquer le mauvais rôle de la Regina George* vilaine et sans cœur. C’est très vexant, tout ça.

Juste une précision. Outre le fait que j’ai un significant other et que j’y tiens, qu’ai-je en commun avec quelqu’un qui pense que St Elmo’s Fire est un super film?

Du reste, si je m’étais pensé une affinité particulière avec ce garçon, lui aurais-je répondu “Ah tu t’appelles Luke? Mais c’est comme Luke Skywalker dans Star Wars alors!!!”

Réponses: Rien. Non.

.

.

* consulter la filmo de Lindsay Lohan pour comprendre la réf, au besoin.

18 thoughts on “Can’t knock ’em out

  1. Alors :

    1/ Well done, le tshirt qui sert de conversation starter, je crois que ça va inspirer les filles.
    2/ Je serais toi, je répondrais gentiment au mec que c’était cool de discuter avec lui, mais que tu préfères en rester là car tu as un mec qui n’apprécie pas que sa meuf parle des film de John Hugues avec d’autres garçons que lui.
    3/ Récemment, j’ai eu droit dans une soirée à “j’adore tes chaussures” de la part d’un garçon very very straight.
    4/ Je suis adepte des conversations improbables pour séduire, l’autre jour j’ai emballé un mec en lui parlant de mon goût immodéré pour les différences architecturales des bâtiments parisiens et en lui faisant une typologie par époque (j’étais bourrée)

    (j’anonymise mon com’, je veux pas qu’on aie l’impression que je me vante !)

    • 1/ Je cherchais pas vraiment ça, mais disons que dans ce cas précis, ça prouve que less is more – j’étais infiniment moins apprêtée que 95% des nanas de ce bar.
      2/ Mon mec est suffisamment intelligent pour savoir que je discutais sans arrière-pensée, ceci dit, je pense que, si la conversation en soi n’était pas un souci, répondre de quelque manière que ce soit serait encourager ce brave homme (ce n’est pas mon intention).
      4/ Si le mec était de Paris, ça pouvait être un turn-on évident!

    • Euh… Oui?
      C’était une actrice pour enfants, mais si on y réfléchit, Parent Trap, Mean Girls et Bobby sont plutôt des films recevables.

      • Perso j’ai bien aimé Parent Trap (même si l’original des 70’s est encore mieux) et Mean Girls. Mais je n’ai pas capté la référence :(

        • Ben dans Mean Girls, le personnage de la fille populaire et méchante et blonde, joué par Rachel McAdams, s’appelle Regina George. Il faut revoir le film, je vois que ça.

      • ouais. puis même si lindsay lohan a pas fait des millions de film, elle a réussi à être LA rousse-sexy-à-voix-cassée-de-teen-movie.

        à tel point que quand j’essaye de refaire dans ma tête sa filmo, je lui rajoute systématiquement certains rôles d’emma stone et al. rien d’étonnant puisqu’ il a souvent été commenté qu’emma stone (ou d’autres dans le genre, donc) “piquait” tous les rôles de lindsay lohan ou était la “nouvelle lindsay lohan”.

        eh ben je trouve ça balèze pour une fille dont on répète tout le temps qu’elle a pas de filmo d’avoir imposé un “type”, au point qu’on dise ça d’actrices qui, au final, ont fait plus de films qu’elle.

        et sinon : je me demande par quel genre de mecs tu te serais faite draguer si tu avais porté un t-shirt avec ce Gaga’s gif. ça aurait fait un bon post aussi, pour sûr.

        • Je suis assez d’accord. LiLo est une épave maintenant, mais quand on la voit dans Mean Girls, elle est fraîche et adorable, il ne faut pas oublier ça. A une époque, on pensait qu’elle avait une vraie carrière très prometteuse qui s’ouvrait à elle et que Disney allait lui paver un chemin d’or vers d’autres rôles (ça avait même commencé avec Bobby, où elle était très crédible).
          Est-ce que Machete de R. Rodriguez va lui racheter une crédibilité? Hum. Pas sûr. Mais bon. Elle a été relevant à une époque.
          Si je sors avec mon t-shirt Gaga (car oui, j’en ai un), au lieu de me faire draguer par des geeks, je vais me faire draguer par un max de nanas, non? (c’est que je suis pas avare de préjugés, moi)

  2. C’est marrant, j’avais gardé de LiLo une image de “fille-à-poster-de-chambre-de-garçon”, mais maintenant que tu me rappelles finement sa prestation dans Bobby, je me dis qu’elle a du mérite, cette petite. Je l’accrocherai pas pour autant dans mon panthéon des idoles, parce qu’il n’est rempli que des actrices capables de jouer la folie furieuse, désespérée et/ou tragique (oui, je sais …). Si tu peux lui transmettre l’idée, ça me fera plaisir de le rafraîchir un peu …

    Et sinon, la drague par t-shirt, je connais. Pas pour avoir pratiqué, mais parce que depuis que j’arbore mon “(vali)date me”, y’en a qui ont assez d’humour pour tenter leur chance.
    C’est beau, l’inventivité et l’humour d’un seul tenant.

    • Ah pour moi, c’est surtout l’archétype de la nana Disney qui a enchaîné les films pour enfants avant de mal tourner. Bobby, c’était un micro-rôle dans un film un peu pompeux, mais elle était pas mal. Elle cassait pas des briques, mais elle tenait la route. C’est après ce film que ça a dégénéré pour elle (son film suivant a été l’infamous I Know Who Killed Me). Quant à sa capacité à jouer a folie furieuse désespérée… je te conseille de la suivre sur Twitter, ça devrait te convenir ;)

  3. Pingback: Big In Japan « Virgoblog

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s