Party in the U.S.A.

Les amis, je suis face à un vrai dilemme typique de la vie new-yorkaise, à une croisée des chemins.

NB: à chaque fois qu’un tortionnaire de l’orthographe écrit “dileMNe” au lieu de “dilemme”, un écureuil gris perd sa jolie queue touffue et se transforme en rat, alors si vous trouvez le métro new-yorkais répugnant, vous savez désormais à qui vous en prendre.

Etant pour la première fois aux Etats-Unis pour un 4 juillet, je me suis vite renseignée sur les activités incontournables. Genre: est-ce qu’il y a un défilé des armées, est-ce qu’il y a un bal des pompiers, des choses comme ça. Globalement, j’en ai retiré que la fête nationale, aux Etats-Unis, c’est quelque chose d’intime. Ça passe par des barbecues privés, des repas de famille, mais pas nécessairement de grosse manifestation publique. Encore une occasion de se sentir un peu outcast expat’, en somme. Mais en vrai,  j’ai eu de la chance: j’ai reçu deux invitations.

Tout d’abord, j’ai reçu mon e-vite pour les Hamptons. C’est très chic, parce que l’invitation vient d’un professeur de Columbia, que c’est un barbecue annuel dans sa maison de famille, que ça crée du carnet d’adresse, et que si à 30 ans, vivant à New York, t’as pas eu ton invitation dans les Hamptons, t’a raté ta vie. Concrètement, ça risque d’être très garden-party,  à manger des brochettes en faisant attention de pas tâcher une jolie robette estivale, on sort la capeline noire et les stilettos, et on est dans le registre  des gausseries sur blagues politiques et/ou intellectuelles, fierté d’être de l’intelligentsia, etc. Pas vraiment le lieu où expliquer que j’ai appris que la fête nationale était le 4 juillet grâce à un film de Roland Emmerich, quoi.

C’est un peu Gossip Girl meets l’épisode où Brandon Walsh est invité à une réception du doyen d’UCLA dans Beverly Hills 1.0, dans mon imaginaire, j’ai l’impression d’être part of it, ça se refuse difficilement.

.

Sauf qu’entre temps, lors d’une soirée bière/Yankees dans Park Slope, j’ai évoqué avec ma copine Shanna la possibilité d’Atlantic City, soit d’un plan tout ce qu’il y a de plus Jersey Shore. Et là, ça a fait comme un hénaurme *KAPOW!!* dans ma tête. Shanna vient du New Jersey, ce New Jersey où ses frères sont gominés et où les copains de ses frères sont gominés et ont des t-shirts à imprimés argentés et portent des ceintures avec une grosse boucle NJ dans un doré rutilant. Le New Jersey qui aurait beaucoup de leçons à apprendre au rivage montpelliérain, si vous voyez ce que je veux dire.

Comment vous résumer ça?

Atlantic City (AC pour les intimes), c’est l’épicentre culturel du New Jersey, c’est Trashyland, c’est aller sur une plage crado voir des corps huilés-cramés sur la plage, boire des Bud Light en se gavant de hot dog, entendre des souvenirs embarrassants de lycée ricain, et  terminer dans un bar naze de la côte ou dans un Casino poussiéreux. Toujours à la Bud Light, peut-être ponctuée d’un ou deux Jäger-bombs. Shit would be fucking real.

En gros, je dois choisir entre Gossip Girl et Jersey Shore, mais ne sont-ce pas des choix difficiles qui déterminent notre être au monde, ô tragique destin?

22 thoughts on “Party in the U.S.A.

  1. Mais en fait, qu’est ce que tu fais concrètement à New York/philly? Tu étais à Columbia? Tu y travailles? Pourquoi faisait tu des allers retours à Albany? Ça m’intrigue.

    Ensuite, je suis complètement larguée, pourquoi snookie se fait frapper sur ton gif ?

  2. (la deuxième question est plus où moins rhétorique, en vrai je vois des millions de raisons de la frapper, mais dans ce contexte précis …?)

    • Dans ce contexte précis, je crois qu’elle s’engueulait avec le gars parce qu’elle affirmait qu’il lui avait piqué son verre et le mec disait que non, et bon, ben elle a insisté, et elle est Snooki, quoi. Cela étant, la scène a été censurée sur MTV US: violence is not cool.

  3. Les Hamptons.

    Ca peut avoir son côté expérience sociologique d’aller à Atlantic City mais à t’entendre il faut avoir l’estomac bien accroché… Une fête nationale trash, pourquoi pas mais bon. D’un autre côté, tu as la possibilité de vivre cette expérience avec ta pote, ce n’est pas négligeable. Voir ça accompagnée, ça doit être plus rassurant (et peut-être plus marrant hum hum).

    Après, c’est pas dit que tu te fendes la poire (expression trop peu utilisée) aux Hamptons mais bon, tu mangeras bien, et ce sera intéressant. Et si ça ne l’est pas, tu auras retenu deux trois blagues à replacer plus tard, héhéhé.

    • C’est marrant cette unanimité sur les Hamptons, je veux dire: oui, c’est plus cool, les Hamptons, mais AC, c’est plus real, quoi!
      Bon, au final, c’est vrai que j’irai dans les Hamptons, mais je cherche un moyen d’avoir un plan Atlantic City malgré tout, sinon, je regretterai.

  4. Les Hamptons aussi, comme ça tu rencontreras peut-être un Kennedy qui se tuera dans les 6 prochains mois et après tu pourras dire à des gens qu’il brulait la vie par les 2 bouts ou une quelconque autre expression du genre.

  5. A choisir entre une invitation qui ne se renouvellera peut-etre pas et une murge scandaleuse dans l’etat le plus crevard du pays, les Hamptons l’emportent avec une bonne longueur d’avance.

    Je dis pas ca parce que je regarde Royal Pains, hein.

    • En même temps, vu les termes que tu emploies (murge scandaleuse dans l’état le plus crevard du pays), ça me ferais presque repencher pour Atlantic City! :D

  6. Je te conseillerai les Hamptons pour deux raisons :
    Ca me fait rêver depuis que j’ai lu The Great Gatsby (quelle menteuse, c’est depuis que j’ai lu Candace Bushnell), deuxièmement, dans le monde de la recherche universitaire, il ne faut jamais rater une occasion de manger des brochettes en parlant de ta thèse.
    Par ailleurs, je dirais que tu peux retrouver l’ambiance trash d’Atlantic City n’importe quel vendredi soir de l’été non?

    Et sinon, dans ma version très 40’s/50’s de l’Amérique, j’imaginais effectivement pour le 4 juillet des bals sous les lampions où des jeunes filles en jupes colorées sous le genou flirtaient avec de jeunes militaires au regard franc et au sourire bien blanc.

    • Ben figure-toi que moi aussi, et même si Clément m’a juré ses grands dieux que le feu d’artifice de Macy’s était quand même un truc important, ça reste moins public que ce que je croyais. Je veux dire, en France, on fait pas grand-chose, mais il y a quand même le bal-musette et les défilés. Et ici, visiblement, même ça existe, c’est pas du tout le cœur de la célébration: la vraie célébration, d’après mes sources, c’est le repas/barbecue entre amis/famille (quelque part, que la fête nationale soit une affaire personnelle me paraît tellement typique, d’ailleurs)

  7. DileMNe, ca m’hérisse autant les poils qu’évÈnement. Qu’est-ce qu’ils ont tous contre deux accents aigus successifs ? (Pour le coup, pas de cédille dans ce com, la faute au qwertz.)

    • D’ailleurs, je crois qu’évènement est passé dans le dictionnaire, ce qui me rend assez triste: c’est comme si l’Académie avait capitulé, et ça me fait peur pour dilemne.

  8. ouah c’est vraiment difficile comme choix…pfiou…franchement…moi qui me décide toujours très vite (huhu), à je suis à court
    (le 1er choix me ferait speeder, le 2d m’interrogerait jusqu’à la veille. Je crois que je finirais devant Macy’s)
    En tous cas, va y avoir des trucs à raconter!
    chouettas les bananas

    • Carrément j’aurai des trucs à raconter! Bon, je sens que je peux m’asseoir sur AC dans l’absolu, mais j’essaierai de compenser par un tour à Coney Island, autre mole de trashiness qui vaut le détour.
      Et pour l’option 1 qui fait speeder, c’est aussi pour ça que je ramène mon +1 avec moi, sinon, ça risque d’être embarrassant, cette affaire…

  9. Je prends Gossip sans hésiter ! Les Hamptons, ça ne se refuse pas et l’occasion ne se représentera peut être pas !
    AC, on peut y aller toute l’année (enfin pour ceux qui sont sur le continent américain^^

    • Je crois qu’il y a une vraie vue déformée par les séries télé, en fait: une invitation dans les Hamptons n’est pas si impossible à obtenir en vrai. Il se trouve que c’est ma première, mais Clément en a environ une par an – c’est un peu comme quand on voit la vision qu’on les Américains de la Côte d’Azur (faut dire que “Riviera”, ça sonne très chic, hein)
      Bref, tout ça pour dire que je vais sans doute aller dans les Hamptons, pour d’autres raisons, mais que, même si l’une a une image chic et l’autre une image trashy, les deux invitations sont somme toute assez “communes”…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s