Precious Little Life

(un post à teneur garantie en sucre)

.

Mon séjour à Philadelphie touchantà sa fin, je retrouve cette sensation étrange d’avoir à combler les vides. C’est quand la flânerie et le hasard deviennent des activités délibérées et surchargent un emploi du temps, qu’on sait que le blues du départ s’est installé. La seule chose à laquelle on pense, c’est surtout retourner dans tous les lieux qu’on a fréquenté, yeux et oreilles grands ouverts pour ne rien rater. Eh Virge, t’as quoi de prévu ce weekend? Oulà, attends, j’ai un planning surchargé, j’ai plein de trucs à faire à Phila avant de partir. Je dois vachement errer et glander! Des exemples de ma check-list:

– ne pas oublier d’aller prendre plein de photos anodines de lieux anodins de mon quotidien (lui aussi anodin), du genre, immortaliser ma rue et surtout ce restaurant où j’ai laissé des smics entiers tellement c’était bon (leur ardoise était fluo-multicolore, par ailleurs)


– penser à m’extasier de ce que Rittenhouse Square à Philadelphie fait se côtoyer des anachronismes – oh mais ouah, et je passais dans cette rue tous les jours sans remarquer ça?

– aller lire innocemment dans le parc, parce que j’ai rien d’autre à faire (lol), au milieu des enfants qui jouent et des wannabe-protest-singers (est-ce que cette pochette est considérée comme vintage, maintenant? – elle a 1 an et 3 mois)

– dénicher au débotté des dessins rigolos aux sur le mobilier urbain de début de siècle et s’extasier toujours plus de ces merveilles d’anachronisme

– penser à aller chercher mon bagel habituel au coffee shop de South St. (2e fois que j’y mets les pieds)

– penser à aller glaner des clichés insolites de la ville – ouais ouais on a compris, anachronisme. Euh, en fait, ici, on parle d’anatopisme.


Si avec tout ça je ne vous ai pas convaincus qu’habiter à Philadelphie dans le quartier de Rittenhouse Square est la meilleure chose qui puisse vous arriver, c’est que vous n’avez pas de coeur. Ou que vous saturez de l’application Hipstamatic., l’appli dont les filtres surannés sont has-been avant même d’être passés par la case “cool”. Ou les deux. Ou la réponse D.

En fait, si je devais exprimer un vrai regret sur ces derniers instants, c’est que le réflexe du “cliché iPhone” les aura un peu pollués, d’une part à cause de la quasi-impossibilité de profiter d’un moment Nutella sans avoir envie d’en prendre une photo “yay”, d’autre part à cause de ces applications qui flinguent un peu la joliesse de la photo normale. Mea culpa.

10 thoughts on “Precious Little Life

    • Ouais, c’est pas faux. Mais ça reste une appli de plus avec des filtres à la con. A chaque fois, je me dis que ça va être trocool et au bout de 10 photos, je me rends compte que c’est über-ringard…

  1. Patin, ton post m’a rendue super triste. Heureusement que tu as fait un commentaire ironique/cynique sur les effets de tes photos, sinon c’est bon je versais ma petite larme.
    Les départs c’est dur, surtout si c’est définitif. Je déteste ça…
    Crois-moi, je suis partie des Etats-Unis il y a dix ans et je me réveille encore certaines nuits prête à tuer pour des blueberry pancakes de chez IHOP… :)

    • Rho, faut pas être triste! C’est vrai que je suis un peu bluesy, mais l’idée que je repasserai régulièrement par New York quoiqu’il arrive (c’est mon boulot), ça aide à faire passer la pilule, aussi!

  2. Pingback: My outsides look cool, my insides are blue « Virgoblog

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s