When I went to school…

On se retrouve à partager, à échanger, pendant l’avant-concert. J’écoutais plus vraiment jusqu’à récemment, un retour en grâce sorti tout droit d’une après-midi énervée à Philadelphie, à la limite de l’overdose. C’est coincé dans la partie adolescence collégienne, pour moi. La première fois que j’en ai entendu parler, c’était une pub sur Fun Radio – “Hole, le groupe de la veuve de Kurt Cobain“, ça disait, avant un couplet de Doll Parts.

D’un coup, voilà que je perds 350 points en coolitude, parce que Fun Radio, c’est la radio “groove and dance”, de nos jours. Sauf qu’à une époque, c’était le fleuron de la radio libre en France, c’était Lovin’Fun, le sexe, c’était pas sale, et c’était osé, à 13 ans, d’écouter les histoires de capotes éclatées et de masturbation à la corde à sauter (véridique). Mais l’adolescence du rock, pour moi, c’est avant tout mon frérot qui, dans la chambre d’à côté m’empêchait de dormir à coups de Nirvana, de Smashing Pumpkins ou d’Offspring. Et puis il y a eu l’époque Ouï FM, quand le riff de Celebrity Skin servait de jingle et que je révisais mon contrôle de maths en attendant le Monde de Monsieur Fred (une émission culturelle). J’écoutais Ouï FM comme un étendard, pour prouver que j’étais une vraie, une rock, à cette époque où le monde de la jeunesse radiophonique se polarisait entre “j’écoute de tout sauf du rap” et ceux qui allaient pleurer lors de la réunion de NTM, il y a deux ans.

On est laid back, tu vois, on se met 3-4 bières dans le gosier au lieu de faire la queue comme des groupies devant le Bataclan. C’est ça, l’esprit du rock. Chiotte, y a plus de t-shirts en taille S ou M. Ils sont beaux, ces cons. Infinite sadness.

Ensuite, tout s’enchaine. A peine le temps de reconnaître Celebrity Skin sans son riff légendaire, qu’on se retrouve au milieu de la fosse, par 3000°C, entre les pogoteurs (on participe un peu) et les crowd-surfers, ça sent les années 90, et les soirées du lycée où les Allemands se foutaient sur la gueule au son de RATM. Était-ce de la sueur ou une larme, dans les yeux de Bobby Freckles? Je rêve, ou Courtney vient de nous confesser “I want your ugly, I want your disease, etc.” (© GaGa)?

Finalement Madame Love nous rappelle que le temps a passé, joue les Madame Claude en désignant ses musiciens comme ses fils, en gratifiant la foule de quelques macarons, d’un bon vieux doigt des familles et d’un sourire semi-satanique. Quelle femme.

C’était cool.

Hier soir, au Bataclan, je suis enfin devenue l’adolescente que j’aurais dû être en 1998.

23 thoughts on “When I went to school…

  1. J’y étais aussi, et pour rien au monde j’aurais raté mon premier concert de Hole !
    Ça m’a de suite rappelé le lycée, Nirvana, le grunge, et aussi Fun radio, oui, la radio qui passait du grunge à l’époque. Putain ça a changé depuis, c’est clair.

    J’ai jamais eu l’occasion de les voir en live et je pensais que je les verrais jamais, après leur split.
    Et en fait, j’ai bondi de mon siège quand j’ai appris leur retour !

    Bref, j’ai adoré, malgré la chaleur et la set-list que j’aurais aimé avec plus de titres anciens (et surtout ce fucking Northern Star auquel on n’a pas eu droit, argh)
    J’ai enfin vu Courtney en live ! Et du premier rang !
    Bon, j’aurais aimé un jour voir un concert de Nirvana, mais comment dire… trop tard et irréalisable depuis des années u__u,

    • moi aussi j’y étais.. et ça je pourrais me vanter longtemps d’avoir vu en live cette icone !!

      vraiment de supers moments avec les anciens titres qui bougeaient bien surtout au début et aussi ceux de “Celebrity Skin”….. je suis gaga… de love !

    • Moi c’est Jennifer’s Body et Rock Star que je regrette, mais le concert était formidable quand-même!
      Dans le même esprit, je rêverais de voir Elliott Smith. Ah.

  2. Je suis encore une fan de Courtney. Pour moi elle restera toujours la reinde de rock de 90s. C´est désormais que Hole n´existe plus “vraiment”. Néanmoins sa voix est magnifique!

  3. Le Monde de Monsieur Fred…Ca y est, les vieux souvenirs qui remontent à la surface, les jingles en tête…
    Il y aurait un article à écrire sur la descente aux abîmes de Ouï FM, depuis cette glorieuse époque.

    • Ah j’avoue que je ne sais pas trop: je n’écoute plus depuis 2002 – et j’ai arrêté d’écouter la radio en 2004 (la dernière, c’était Radio Canuts – la plus rebelle de toutes les radios – <3)

    • Ben pour moi, c’était cool quand j’allais en primaire, à la rigueur en 6e-5e, mais après, on commençait à tendre vers l’éthos de rebelle, les docs coquées, les chemises de bûcheron, etc. Et Waikiki, c’était moyen rebelle de l’attitude (mes fringues de l’époque non plus, d’ailleurs, mais tu vois ce que je veux dire…)

  4. … la haine, moi je lui en ai voulu à Courtney et son botox pour avoir annulé son concert à Berlin… Déjà tout le monde se foutait de moi de ne pas vouloir le rater (j’y serais allée seule !) mais ils ont davantage ri quand je suis revenue bredouille de la caisse des tickets et encore plus quand je leur ai annoncé la raison (“bah non, elle peut pas venir, elle doit paraître au tribunal de Los Angeles”)…

    • Et elle l’a pas reprogrammé? Parce que ce concert à Paris, c’était en remplacement de celui du mois de mai qu’elle a dû annuler (pour les mêmes raisons, je crois bien)

      • Nope! Je viens de revérifier (argh, les faux espoirs!) et elle ne fait vraiment que passer dans le ciel pour ne montrer son nez qu’en Pologne et en Italie… Pas d’bol Jean-Pol. Mais bon, on se consolera avec Queens of the Stone Age, Arcade Fire, Slut, Interpol et Shout Out Louds, on n’est pas à plaindre non plus.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s