La dialectique du maitre et de l’esclave

Je me lève, je prends un bol de Chocapic l’œil encore vitreux des séries télé que j’ai regardé la veille. Tant pis je relirai mes cours dans le bus. Que je rate. J’enfile à la va-vite une veste noire, que je mets avec le Jean gris qui trainait sur le tas de linge mi-propre (avec un manteau beige et des chaussures marron, j’ai l’air de quoi? – social suicide alert)
Je rate le 2e bus, monde de merde, heureusement que j’ai téléchargé des trucs de Taylor Momsen pour attendre. Si je dessinais des étoiles au Tip-Ex sur ma trousse? Ah non, relire mes cours. Le train. Le métro. Oh merde j’ai oublié de réviser la bio de ce mec et la chronologie politique exacte de la décennie, je vais me faire allumer… Eh, à la limite, si j’ai pas le temps de relire, je les mets en devoir sur table, non? Merde! J’ai oublié de me maquiller! Mais si je le fais, tu crois qu’il y aurait des types de ma classe dans la rame? Ooooh vivement ce soir, que je puisse télécharger 90210, glander au café avec les copains et planifier les sorties du weekend…

*Arrivée devant les portes de l’université.*

Serre les fesses, bombe le torse, tête haute, bouche pincée, regard no bulshit, pas décidé. Good morning everyone, let’s see if you worked properly on last week’s class…

8 thoughts on “La dialectique du maitre et de l’esclave

  1. Prof (d’anglais ?) ou élève, je suis perdue là…d’ailleurs je passe de temps en temps ici et je me suis souvent demandée quel job tu faisais.

    • Ahah toi-même tu sais. Quand on était au Pérou, on avait même inversé les repères, on cherchait ce qui était “semi-sale” (une pente très glissante)

  2. j’avais zappé ce post qui résume pourtant bien mon quotidien.

    le truc d’avoir des étudiants qui ont presque ton âge c’est de savoir gérer le fait de sortir dans les mêmes endroits que certains.

    je ne me suis jamais vraiment remise de cette soirée blind-test dans un bar où, bien vodka-pommée, j’étais heureuse d’avoir reconnu ‘spice up your life’ dès la première note et qu’une jeune fille m’avait gratifiée d’un ‘bien joué, madame’. une jeune fille à qui je devais parler de civilisation contemporaine le lendemain à 8h, donc.

    VDM, comme disent les jeunes…

    • Alors que moi, c’est l’inverse: j’ai beau avoir presque leur âge et faire plutôt juvénile, la barrière prof/étudiant est tellement présente que quand je leur fait des blagues type Gossip Girl ou Retour vers le Futur, j’ai l’impression d’être un fossile. C’est triste.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s