Do vampires get HIV?

Avec les bilans de fin d’année, on se retrouve toujours face à des questions qu’on peut plus vraiment éviter. Du genre:

– comment vous expliquez, vous, qu’aucun vampire n’ait encore chopé le Sida? Oui oui, je sais bien, les vampires sont l’expression de l’angoisse des maladies vénériennes (Dracula avait été écrit par Stoker à l’âge d’or de la syphilis et j’imagine que les vampires homoérotiques d’Anne Rice, alors qu’elle écrit dans les années 80, ne sont pas 100% cleanax non plus), ils sont la maladie, alors peut-être qu’en vertu de cela, il n’ont rien à contracter. Mais pourquoi, alors que le thème du vampire a été abordé sous toutes ses coutures, même les plus irrévérencieuses, on n’a jamais évoqué la possibilité qu’ils mordent Cyril Collard? Vous savez ce que c’est, les vampires, le monde de la nuit, les boîtes crypto S&M – eh!, on ne me fera jamais croire que Spike ou Lestat sont des adeptes du safe sex et du safe biting. Ni David le chef des Lost Boys, d’ailleurs.

Un jour, il faudra que je vous explique comment Joss Whedon a sûrement puisé ses idées visuelles pour Spike ailleurs que chez Billy Idol, et pourquoi The Lost Boys est sûrement le seul film pas mal de Joel Schumacher. (mais visuellement, faut avoir les nerfs bien accrochés)

– Comment expliquer que je trouve les frères Culkin un peu sexy? Je vous parle pas de la mignonnité de Macaulay Culkin quand, à 12 ans, il dézinguait les cambrioleurs qui venaient s’en prendre à son pavillon du Midwest en plein hiver dans Home Alone. Non, je vous parle de Macaulay adulte et fumeur de beuh, de son frère Kieran, de leur gueule bizarre et un peu de travers, de leurs yeux de lapin atteint de mixomatose (kids, crack is wack). Et du fait que je suis visiblement pas la seule à penser qu’ils puent le sexe, puisque Macaulay sort avec Mila Kunis et Kieran sort avec Emma Stone. Quand je vois des photos d’eux, j’ai l’impression de voir des pixels gorgés de phéromones, c’est une sensation très étrange. J’arrive pas à savoir si c’est une prise de position super avant-gardiste ou totalement ringarde.

Vous vous rappelez quand je disais que j’étais cool? (j’aime assez cette note, d’ailleurs)

J’habitais à Philadelphie, j’étais dans Rittenhouse Square (le quartier bien), j’avais des affiches à une brique sur mes murs, je m’habillais en label brooklynite 100% certifié laclasse et j’allais faire mon grocery-shopping chez Trader Joe’s. *nostalgie*

Eh bien là, je suis envahie par le sentiment inverse. C’est un peu lié au fait de me retrouver à jouer aux Schtroumpfs pendant que je surveille les partiels, un phénomène largement explicable par le besoin d’un dérivatif pour ne pas craquer face à au troupeau de bons à rien finis à la pisse qui me sert d’élèves. Mais jouer à créer un village Schtroumpf, alors que les Sims étaient hype aux alentours de 2002, et alors que Farmville est la manifestation de loin la plus beauf de Facebook, c’est péché. Dire que j’ai réussi à éviter tous les écueils de Facebook depuis sa création (je l’ai jamais appelé “FesseBouc”, moi, et j’ai arrêté de superpoker début 2008), c’est quand-même malheureux d’en arriver là… C’est aussi un peu lié au fait qu’à l’approche de Noël, c’est plus fort que moi, je ne peux plus rien écouter d’autre que la Flûte Enchantée en boucle. Une position qui n’est tenable, ni auprès des mélomanes (autant dire à un métalleux que tu adores Kyo), ni auprès des anti-mélomanes (pour qui Opéra = échelle -12 du cool). C’est enfin lié au fait qu’à 28 ans bien sonnés, mon Calendrier de l’Avent Kinder trône en ce moment-même sur la commode de la chambre d’amis chez maman, où j’ai élu domicile depuis maintenant 5 mois, dans une banlieue sans transports en commun après 21h, alors qu’à ce jour, je n’ai toujours pas le permis de conduire.

.

Sur une autre note, puisqu’il faut bien être un peu trend-setter pour essayer de relever ce standing virtuel en berne, j’ai décidé de passer mon hiver avec des ongles visuellement très Rising Star. Je crois que dans l’idée, la collection O.P.I. Burlesque est censée rendre hommage à Christina Aguilera et à Cher. Dans les faits, ce vernis m’évoque surtout ce que mettrait une cougar de Miami aux seins refaits, pour assortir ses faux ongles à son bronzage, je dois dire. (soit dit en passant, la différence entre ça et Cher…)

Tu le crois, tu le crois pas, j’adore cette couleur quand-même. Malgré Cher. Et malgré Floptina Aguilera.

Je renonce au cool.

40 thoughts on “Do vampires get HIV?

  1. Ah les frères Culkin… J’imagine que t’as vu Igby Goes Down du coup. Rory a grandi aussi depuis Down In the Valley.
    Je les soupçonne de faire des clones dans cette famille.
    Et sinon, pour les vampires, ils sont déjà morts il me semble. Par conséquent, ils peuvent difficilement tomber malades. Même un rhume c’est hors de leur portée, alors le sida…
    Faudra quand même m’expliquer pourquoi tu dénigres La Flûte Enchantée ?

    • Non, je n’ai pas vu Igby Goes Down, et du coup, j’ai regardé le trailer, et ça m’a rendue toute chose. Mais je sais pas si ça suffira à me faire briser le vœu que j’ai fait de ne plus jamais rien regarder avec Amanda Peet, ever. Mais qu’il est sex, ce Kieran, je m’y fais pas…

      Sinon, c’est pas tant que je dénigre la Flûte Enchantée (bien au contraire!), comme je disais, c’est un plaisir relativement inépuisable, pour moi, de l’écouter. Mais je suis pas pour autant une star de l’Opéra, je connais que 2-3 trucs de Mozart et de Verdi. Et pour le reste, je fais partie de ces gens relativement incultes en la matière, qui aiment bien que si y a “une histoire et des mecs qui chantent” – ce qui me rend assez hermétique à toute autre forme de concert classique/baroque/etc. Et j’imagine que pour un fan d’Opéra, qqn qui lui parle de la Flûte Enchantée, alors que c’est le truc le plus facile d’accès et le plus connu, ça doit être aussi énervant qu’un fan des Beatles qui est confronté à qqn qui a écouté que les blue & red dans sa vie et qui lui clame sa passion pour Hey Jude, tu vois ce que je veux dire? Du coup, j’ai l’impression que c’est ringard dans les deux sens, d’aimer la Flûte Enchantée. Mais pourtant, c’est si chouette… <3

      • La Flûte Enchantée, opéra mainstream :). Je suis loin d’être spécialiste du genre mais je dirais que le seul truc un peu concon face à un connaisseur c’est de déclarer adorer un “tube” issu d’un opéra sans jamais l’avoir entendu en entier (type Casta Diva du Norma de Bellini). Sinon, les fans de rock sont à mon sens beaucoup plus snobs en général. Et la sincérité en matière de goûts musicaux, c’est à mon sens beaucoup plus appréciable qu’une quelconque culture élitiste (jusqu’à un certain point quoi).
        Pour Igby, dans mon souvenir (mais c’est vieux) c’est un chouette film, du coup, ce serait pas mal que ton amour pour Kieran dépasse ta haine pour Amanda. ça me fait drôle parce que t’es la première personne avec qui je discute de Kieran Culkin, je pensais être un cas à part moi aussi ;).

        • Ben oui, je pense que c’est mainstream, par rapport à d’autres opéras. N’importe quel péquin citera l’air de la Reine de la Nuit en premier (mais ne saura pas ce qu’est “Der hölle Rache”, ceci dit). Et, Schnelle Füsse, Rasche Mut, je me trompe peut-être, mais il me semble que avait servi pour une pub Ferrero Rocher il y a quelques années. Mais en effet, ça rejoint ce que tu dis: ce qui est plutôt ringard, c’est pas tant d’écouter un opéra super connu, mais d’en écouter les “tubes”, de s’acheter une compil Pavarotti ou Placido Domingo et de se dire fan de grande musique. Moi j’y connais pas grand chose – mais pour bosser, Verdi est ce que je connais de mieux à ce jour, et j’écoute la Flûte Enchantée depuis que je suis gosse (avec une mère qui m’aurait reniée si j’avais acheté une compil).
          Mais là encore, je suis d’accord sur un autre truc: les mélomanes sont tellement contents qu’on s’intéresse à l’Opéra, même si c’est le plus connu, qu’en ce sens, ils sont moins snobs et moins sectaires que les rockeux.

          Quant à Igby, j’avoue, je sais pas trop. Amanda Peet est le sosie d’une connasse qui a essayé de me piquer mon mec et de retourner tous ses amis contre moi, je sais pas si ça rivalise avec la sexitude de Kieran Culkin, tout de même…

          • Oui oui j’étais d’accord avec le côté mainstream. Et puis comme ça a été dit, c’est pas tant le côté célèbre ou non du morceau mais plutôt l’interprétation qui va intéresser le mélomane. J’ai fait beaucoup de piano plus jeune et je suis une véritable plaie pour choisir un disque en classique. J’en écoute 80 versions avant de choisir lequel je veux. Par contre, la majorité de ce que j’écoute en “classique” est relativement connue.
            Et puis attention quand on cherche à tout prix la référence intelligente, ça peut faire très con aussi. A une époque, en interview, les musiciens (rock) me citaient tous Arvo Pärt. J’y avais droit toutes les semaines… à croire qu’ils ont un manuel à apprendre par coeur.
            Concernant Igby, effectivement, c’est pas sûr que t’aimes trop du coup.

            • Ok, alors tu me conseilles quelle interprétation pour la Flûte Enchantée? (sur ma version, je suis pas fan de Papageno, c’est triste)

  2. J’ai un truc plus long à dire, mais dans Igby ( que j’ai pas vu mais je veux le voir depuis qu’il est sorti) c’est pas Rory Culkin ? Parce que c’est dans mes souvenirs un Culkin plus jeune que moi et Kieran ( que j’ai jamais vu jouer) est plus vieux que moi.

    Et j’écoute Eric Satie dans mon ipod, c’est mainstream aussi. j’ai découvert ce type par les films et les pubs télé.

    • Non, c’est Kieran qui a le rôle-titre. Mais d’après Wikipedia, il joue la version jeune de Igby, donc ça fonctionne (pour le coup, c’est un beau garçon, mais il fait beaucoup trop jeune pour moi – 7 ans, je me sentirais cougar de fantasmer dessus)

  3. J’avais jamais réfléchi au problème sang = contamination possible. Intéressant. (et plus sérieusement, je ne savais pas que les vampires étaient les MST).
    Par contre, La Flûte Enchantée, ça n’a rien d’honteux, d’une c’est Mozart et de deux, y a de très bonnes interprétations, du genre celle de Nathalie Dessay, c’est assez dément. La partie suraigüe est quand même un défi pour une soprano, la réussir est très rare.
    Et je dois dire que j’aime beaucoup ton vernis, je voudrais bien un vernis doré de pétasse depuis un moment, donc merci, je note.

    • Si, je crois qu’on peut faire un parallèle assez net entre syphilis/popularité du vampirisme au XIXe siècle (Stoker avait la syphilis, d’ailleurs). Après, il faut voir si ça peut être prolongé avec le sida. Mais quand on y pense, une maladie du sang, qui peut être sexuellement transmise, sachant que le pouvoir d’attraction du vampire est très sexuel (mais sur un mode déviant + dans les premières années du sida, on a assimilé ça a une sexualité considérée comme “déviante” – car homosexuelle et/ou non-protégée, why not).

      Pour la Flûte enchantée, je ne dis pas que ça n’a pas ses qualité, j’aime beaucoup, et si les airs de la Reine de la Nuit sont connus, je pense que leur notoriété doit aussi à leur difficulté technique, c’est certain. En fait, je faisais surtout un rapport notoriété/facilité d’accès/manque d’expertise. J’ai l’impression qu’un mélomane sera plus enthousiasmé si on lui dit qu’on adore écouter Lucia di Lammermoor pour tuer le temps, par exemple… mais je me trompe peut-être?

      (attention, ce vernis est cuivre :))

  4. QUOI ?! “The Lost Boys est sûrement le seul film pas mal de Joel Schumacher.” ?! Mais non enfin, je m’insurge ! Et “L’expérience interdite”, alors ? Je ne peux pas te laisser dénigrer ainsi de manière tacite ce monument de mon adolescence (26 visionnages à ce jour).

    • Ah oui mais pas du tout possible pour moi. Pour l’avoir revu il y a six mois, j’en ai tiré un sentiment de bêtise crasse et d’ennui infini. C’est dommage, je voulais vraiment aimer ce film…
      En fait, Lost Boys est pas bien plus malin, mais pour une fois que l’esthétique queer de Schumacher fonctionne hyper bien, j’approuve.

  5. J’ai l’impression que le bouton “reply” disparaît au bout d’un moment. Je crois justement que c’est à toi d’en tester plusieurs et de choisir celle qui te plaît. D’autant que la Flûte Enchantée, j’ai pas réécouté depuis un moment. Enfin, comme toi, c’est un truc que j’ai écouté 150000 fois en étant gosse donc j’imagine que seule la version que j’écoutais alors trouverais grâce à mes yeux aujourd’hui. En classique régressif, j’suis plutôt Pierre et le Loup (avec Claude Piéplu comme narrateur of course) et Le Carnaval des Animaux.
    Sinon j’écoute beaucoup Arvo Pärt (héhé).

    • Oui ça disparaît parce qu’après c’est chiant à lire :)
      Bon, beh je vais faire de la spéléologie dans les cds de ma mère pour voir si y a mieux que ce que j’ai alors!

  6. Tiens j’aime bien écouter Lucia di Lammermoor aussi. Mais comme je le disais plus haut, la musique classique, j’ai appris à aimer par des moyens détournés rejetés en masse par les puristes : des best of. Et petit à petit j’ai écouté des opéras et des requiems en entier. Et je suis incapable de reconnaître un air, généralement je sais que je connais, mais c’est tout. Ce n’est pas moi qui dirait : ” Aaaah oui ça c’est la symphonie en fa dièse du 13eme requiem interprété par l’orchestre de chambre de Tokyo”
    Donc oui, Mozart est sans doute le plus mainstream des compositeurs, mais parce que c’est aussi le plus talentueux, le plus ” génial” et “le plus” tout un tas d’adjectifs.
    Il est super bankable Mozart (cf le succès de Tout Mozart à 99 euros) donc forcément il est critiquable.

    Pour les vampires, je me suis tjs posée la même question. Mais de mon point de vue ( limité, ma culture vampiresque se limite au Nosferatu de Murnau, que j’ai vu en 6eme et qui m’a traumatisée) le fait même qu’ils fassent l’amour et y prennent plaisir les tuer. C’est comme ça que Nosferatu meurt, il se fait avoir par le levé du soleil ( je sais pas si c’est la même chose chez Stocker). Ca s’oppose aux “bons chrétiens” qui ne font l’amour qu’avec leur femme/mari pour procréer. Bref pour moi ils n’avaient pas besoin d’une MST pour mourir, mais c’est une analyse faite à la lumière tamisée de mes connaissances es vampires.

    Et pour le vernis, vu que j’en suis encore à rêver d’avoir un motorola V5 (?) doré Dolce & Gabana, je ne peux que te féliciter pour tes goûts très sûrs !

    • Ah oui, attention le best-of c’est encore plus péché chez les mélomanes que chez les rockeux!!

      Pour le sexe et le vampirisme, j’imagine que ça dépend de qui raconte l’histoire, mais la corrélation sexe/sang/mort est tellement indéniable, en effet (d’où vampire=MST). Mais imagine toi: si un vampire chope le sida, mais que de toute façon, il est immortel (ou déjà mort, c’est selon), mais j’imagine que si on le tue en plantant un pieu dans son cœur, le cœur est quand-même un organe opérationnel, et le sang doit circuler, d’où sa nécessité, non? Auquel cas, il se passe quoi? Remarque, peut-être qu’avoir le sida n’est d’aucune utilité si de toutes façons, être déjà mort immunise de facto contre toute maladie. Tiens donc. Voilà qui annulerait ma question.
      Mais Spike doit quand même être un putain de nid à MST, je serais Buffy je me méfierais…

      • ben ouais : tu as ta réponse, tu l’as dit, ils sont immortels, du coup ils peuvent pas avoir de maladies qui les tuent…
        que ce soit trop facile, peut-être, mais la majorité des êtres immortels ou plein de pouvoirs exceptionnels, globalement, ils énervent assez ; il leur arrive pas grand chose dans la vie en fait (à part devoir sauver le monde ou le détruire, au choix)

        Après sur le lien syphilis/vampires, maladies sexuelles/vampires, je crois que c’est assez clair, en effet ; tout comme les body snatchers étaient les communistes de leur époque…
        en même temps, je suis vraiment pas du tout une spécialiste de vampires
        mais j’adore l’accroche de la parodie de twilight “ça va encore finir au pieu”
        ahahahah ça me fait mourir de rire

        • Ahah, au pieu, huhu! En anglais, ça s’appelle “vampires suck”, cest pas mal comme titre, je trouve.

          Sinon, oué, j’accepte le fait qu’ils puissent pas mourir, mais ils peuvent avoir la maladie sans en mourir – ce qui est *pire* – mais peut-être que le savoir populaire cherche plus à faire flipper/exciter qu’à déprimer, il est vrai…

  7. Je suis le cliché du mélomane.
    Le vrai cliché, le « qui fait peur ».

    Avec pratique de plusieurs instruments à un « certain niveau » (et je ne compte pas le piano que je touche vaguement parce que dans les milieux musicaux que je fréquente, à moins de savoir jouer le “Rach 3” on ne peut pas se dire pianiste et que tout le monde en joue, ne serait-ce que pour développer une meilleure compréhension harmonique de la musique), avec des diplômes en contrepoint, en écriture musicale, en direction d’orchestre, qui ne dit pas « le 3eme concerto pour piano en ré mineur » mais « le Rach 3 », qui fait la différence entre le son du hautbois et celui du hautbois d’amour, qui c’est ce qu’est le système tonal et que l’ouverture de Tristan est le signe annonciateur de sa remise en cause, qui repère le moment ou Bach se trompe dans ses contrepoints, qui a essayé avec des potes d’écrire la plus longue fugue du monde, etc. Je pourrais continuer la liste pendant des heures – liste qui est volontairement flippante pour me légitimer, huhu.

    Je suis pas né avec ça, je le dois à mon éducation, j’en ai pleinement conscience : un de mes premiers souvenirs, c’est moi, tout petit, sous le piano, pendant que mes parents jouent « ma mère l’Oye » de Ravel à 4 mains. Je sais que maitriser la musique dite « savante » est un atout, qu’il s’agit de « culture légitime » bourdieusienne, qu’elle se veut supérieure et est à ce titre un mode de reconnaissance des élites, etc. Et j’en joue parfois pour les concours que je prépare parce que ça en jette. Mais à la base je l’aime. Vraiment. A en crever.

    Bref, tout ça pour dire que Mozart est mainstream. Oui. Mais il est également Dieu. La flûte enchantée, le requiem et don giovanni, on se tait, on regarde comment c’est composé, et on pleure. Mozart n’est pas mon compositeur préféré mais je ne pense pas qu’il soit sérieusement possible de cracher sur lui. Et pourtant j’en ai rencontré, des pédants qui niaient le talent de Beethoven, qui ne juraient que par le dodécaphonisme et qui avaient découvert ce « oh mon dieu extraordinaire compositeur finnois du début du romantisme qui lui est tellement supérieur ». Mais personne ne crache sur Mozart. Personne. Sur Bach à la rigueur, ça arrive, ça fait provoc. Mais pas sur Mozart.

    Donc être fan de la flûte enchantée, c’est cool.

    Mais en fait, je suis assez d’accord avec ce que tu dis, sur le fait que globalement, les « mélomanes » sont moins snobs que les rockeux. Le truc, c’est qu’il faut s’excuser d’aimer la musique classique (c’est le second paragraphe de mon post d’ailleurs). Parce qu’elle est un instrument de pouvoir et qu’elle est utilisée par plein de monde pour se sentir supérieur, quand tu l’aimes bêtement, et que tu à un rapport un peu sérieux à elle, les gens te toisent avec haine et mépris. Et quand tu croises quelqu’un qui est fan de Fantasia de Disney – surtout le moment avec les dinosaures – tu as envie de pleurer de joie, mais s’il sait pas que c’est le « sacre du printemps », juste parce qu’il aime Stravinsky et que t’es pas tout seul.

    Mais je suis pédant en même temps hein, faut pas croire. Je méprise donc, par ordre de gradation :

    les gens qui écoutent le morceau préféré de ton compositeur préféré dirigé par ton chef préféré avec ton orchestre préféré (et tu as l’impression de balancer tes tripes devant tout le monde en le faisant écouter) et qui te disent « oui j’aime bien la musique avec des violons c’est super reposant ».
    les gens qui écoutent la lettre à Elise avec un air pénétré de connaisseur avant de dire « j’adore Mozart ».

    Voilà c’est tout pour le milieu des néophytes. Après, les gens avec la compil « les 100 morceaux de classique préférés des français » ou « je n’aime pas le classique mais ça j’aime bien », je suis déjà super content. Alors t’imagine, un CD de la flûte enchantée entier, un un opéra de Verdi complet. T’es déjà super puriste en fait.

    Ensuite, chez les « connaisseurs » je méprise :
    les ultra spécialisés (souvent ils s’agit de musique baroque) qui ne vivent que pour leur sous-sous-sous-genre de musique, et qui se hurlent dessus en fin de soirée parce que « non Glen Gould massacre Bach mais au contraire t’as rien compris ou quoi il est génial ».
    Les gens fans de Steve Reich et Philip Glass.
    les gens qui se sentent obligé de cracher sur de grands compositeurs (toujours les deux même : Beethoven et Bizet) parce que c’est trop peuple.
    les gens qui ne comprennent pas que la musique existe après Stravinsky et que oui, John Cage et Boulez sont cools même s’ils arrivent pas à les écouter.
    Les gens qui méprisent toute musique non savante et qui n’ont pas compris que la « variété » (terme qu’ils emploient faute de mieux) ne se résumait pas à « plus toi plus moi plus tous ceux qui sont seuls ».

    Et après, il y a les pires au monde, les musiciens rock qui citent Arvo Pärt comme référence (cf. le post d’ersatz). Je les hais. Ils mentent, et ils ont quelque chose à prouver, comme s’ils avaient besoin de se légitimer, alors que s’ils sont bons, ce qu’ils font est pleinement légitime sans besoin d’avancer des noms élégants.

    Je ne sais plus trop où je voulais en venir. Si. Écouter la flûte enchantée en entier, avoir chez soi tout l’opéra et pas seulement une compile de morceaux de classique, c’est déjà un truc de puriste. Et ça prouve aussi un rapport un peu sérieux à la musique. Donc quand bien même tu serais incapable de donner le nom du chef ou des interprètes, c’est classe, et ça fait du bien.

    • Bah si t’écoutes pas en entier, ça flingue la narration, c’est trop absurde!
      Non non, c’est pas possible, non. Pour comprendre la colère de la Reine de la Nuit, pour comprendre la jovialité de Papageno, mais enfin… C’est vrai que pour moi c’est tellement évident que je l’ai jamais trop questionné.
      (phénomène qui fonctionne aussi quand on écoute Pink Floyd ou les Doors, d’ailleurs – écouter l’album en entier et dans l’ordre est souvent le choix le plus judicieux pour écouter ce qu’on nous raconte)

      • c’est lequel de Mozart, le dernier?

        (Mozart n’est pas mainstream.
        Enfin.
        Faut pas déconner.
        C’est pas parce qu’il a été utilisé plus que massivement dans les pubs qu’il faut le jeter.
        C’est comme si avait honte d’écouter Bowie parce qu’une banque ou une entreprise de téléphonie s’est amusée à utiliser sa musique alors que ça n’a rien à voir avec les paroles (certes avec sa permission c’est différent)

        • J’ai le 2 titre de Papageno à la maison, je te le graverai si tu veux :)
          Tout Mozart, non, mais la Flûte Enchantée, c’est arrivé au point que quand elle passe, on pense d’abord “oh tiens, c’est la pub Ferrero Rocher”, alors forcément, ça nique le groove de l’écouter (enfin pas complètement – mais je crois que j’ai une approche très Disney de l’opéra)

  8. Parce que les vampires ont un système immunitaire bien plus résistant que le nôtre et que si les chercheurs scientifiques en avaient pleinement conscience on trouverait vite le vaccin.

    Mais comme le SIDA permet à l’industrie pharmaceutique de vendre allégrement des médicaments, ben bon quoi …

    J’ai une base de scenario non ? :)

    • Je suis sûre que Joel Schumacher serait assez preneur, en tous cas. Ca fait penser au concept v-blood dans True Blood, non (le côté “sang de vampire qui a des vertus particulières”?)

  9. La question u SIDA (ou autre maladie moche) a été abordé par le jeu de rôle Vampire : la Masquarade. En gros, quiconque boit son sang (humain ou vampire) prend le risque de devenir porteur de la maladie. En outre, à chaque Réveil, il lui faut boire du sang frais pour éviter que les stigmates de la maladie n’apparaisse…

      • C’est même allé assez loin, je viens de retrouver mes vieux bouquins de jeux de rôle, et il est dit que la secte du Sabbat (en gros, ceux qui aimeraient bien que l’humanité soit au courant de leur existence et de leur toute puissance) pratiquait l’épuration sanitaire dans leur cheptel (les humains sur leur territoire) en abbatant à vu tout porteur du SIDA (vampire ou humain).

  10. Ce qui me perturbe avec les frères Culkin, c’est que si tu regardes rapidement, ils sont tous interchangeables. Je sais qu’ils sont frères etc, mais là limite, on se retrouve face à un phénomène génétique louche…
    Sinon, ne t’inquiète pas, ta coolitude n’est pas morte, c’est juste que le mois de novembre en région parisienne ne réussit à personne!

    • Mmmmh… y a un air de famille indéniable, mais je les différencie sur une échelle hormonale assez implacable chez moi: Kieran Culkin (>>> Macaulay Culkin >>>>>>> Rory Culkin (qui a vraiment trop une tronche de gamin qui se croît beau, c’est énervant)

      • non mais bien sûr!
        mais j’ai été perturbée durablement par cette bande annonce :

        Genre, ok je connais ce mec, enfin ces mecs, enfin quoi? “DEJA-VOU”
        une petite inquiétante étrangeté…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s