What needs to be done, needs to be done.

Alors c’est pas le moment.

Il est 7h25, je suis pas peignée, mon thé est encore trop chaud, j’ai un train à prendre, mais c’est un de ces cas de force majeure:

Avez-vous remarqué ce vrai retour de flamme sur Dirty Dancing, et sur cette scène en particulier? En à peu près un an:

– l’Arnacoeur. Ultimate pick-up move de Romain Duris. J’ai bien aimé la scène. J’aime bien Vanessa Paradis, c’pour ça. Fraîcheur de l’autodérision.

Crazy, Stupid, Love. Ultimate pick-up move de Ryan Gosling. J’ai correctement aimé la scène: Ryan Gosling fait presque aussi bien le porté que Patrick Swayze (tout est dans les bras).

– le pilote de New Girl. Zooey Deschanel chiale en regardant le film parce qu’elle s’est fait larguer. Galvaudage du racolage actif de vagins. Quelle vulgarité.

Dirty Dancing a été un guilty pleasure d’adolescentes pendant plus de 10 ans. Maintenant, entre nostalgie et autodérision, le film symbolise à lui-seul la tendresse pour une niaiserie girly qui ne s’épanouit que dans les films.

Les adolescentes d’hier sont les bourgeoises d’aujourd’hui, et le film a subséquemment accédé au rang de “classique”, mais qu’en est-il? Cela signifie-il que hipsters mainstream de 2031 brandiront Twilight, la larme à l’œil en se congratulant (c’était si bien, oh, ça, on savait vivre à l’époque). Rhaa je sais pas, mais en termes de marqueur culturel, on est en plein dedans.

22 thoughts on “What needs to be done, needs to be done.

    • Vus devriez avoir honte!
      L’arnacœur n’est pas très original, en effet, mais le film est vraiment efficace: les acteurs sont bons, c’est feel-good, efficace dans ce que ça propose (faire sourire). Et le Dirty Dancing dropping fonctionne plutôt bien, en fait :)

      • (Ce que je voulais dire en parlant d’originalité, c’est que j’ai vu la dernière scène du film et que c’est un copié-collé de la dernière scène d’un film des années 30 avec Clark Gable qui s’appelle “Les trompettes de Jericho”ou qq chose dans le genre, j’en suis presque tombée de ma chaise en voyant ça) (et je doute que la majorité du public se soit rendu compte de “l’hommage”, à la différence de la scène de porté de Dirty Dancing, que même sans avoir vu, j’arrive à reconnaître, justement pour l’avoir vu ailleurs)

        @splintermuse : je me sens tellement moins seule.

        • Mmmh, Dirty Dancing est ouvertement un hommage, enfin plutôt une utilisation consciente dans un but comique. Ce que tu décris, c’est autre chose, en effet, du plagiat. Comme j’ai pas vu le film dont tu parles, je peux pas dire…

  1. Je pense qu’il y a une différence majeure entre Dirty Dancing et Twilight : c’est qu’à l’époque de sa sortie, Dirty Dancing était considéré comme plutôt bon (par les adultes). Le New York Times ou Variety avaient fait d’excellentes critiques et il a été nommé trois fois aux Golden Globes (dont meilleur film comédie/musical et meilleure actrice comédie/musical) et surtout a gagné l’Independent Spirit Award du meilleur premier film (récompense hype parmi les récompenses hype^^). Twilight ne peut pas se vanter de ce genre d’attention à l’exception de sa cible purement adolescente. Mais peut-être que dans vingt ans, ça suffira :(

    • En effet, c’est une vraie différence, à ceci près que je pense déjà que Twilight a sans doute ete exagérément éreinté, et Dirty Dancing ne mérite pas toutes ces nominations (imho); et surtout, c’est vraiment ca, ma question – c’est pas tant la qualité qui est en jeu que le poids culturel de l’oeuvre culte. On reproche à Twilight d’être trop cheesy, et c’est ce qu’on aime revoir dans Dirty Dancing (le fameux Nobody puts Baby in à corner) – et je trouve pas ça mal, d’ailleurs, bien au contraire ^^

  2. Je me demande dans quelle mesure la transformation de Dirty Dancing n’a pas été facilitée par l’existence d’une scène-type, à savoir bien sur celle du porté. Est-ce que Twilight dispose de ça en réserve ? Je ne suis pas certain.

    • Eh bien c’est dur à dire. Ce qui rend la scène du porté magique, c’est son érotisme absolu (je pourrais parler des heures des muscles bandés de Patrick Swayze et des goutelettes d’eau qui ruissellent sur son torse). La gestion de l’érotisme dans ce film est assez magistrale. Et Twilight en est presque totalement dénué, c’est vrai. Mais du point de vue d’une adolescente d’aujourd’hui, peut-être que ce ne sont pas les mêmes choses qui entrent en jeu… Et le film a clairement une identité visuelle (pas très belle, mais présente).

      • je suis parfaitement d’accord. Enfin ce que je veux dire, c’est qu’il y a – comme tu le dis – un érotisme magistralement géré dans le film, mais aussi une scène qui condense à elle seule tout cet érotisme, et qui à elle seule “est” Dirty Dancing, i.e. la scène du porté. Et si j’admets que Twilight a une identité visuelle, je ne suis pas certain qu’il y ait une scène, condensant cette identité, susceptible de dire à elle seule “je suis Twilight”.

        • A priori, il n’y en a pas, mais le visuel est relativement fort malgré tout. Après tout, il faudrait peut-être demander à une gamine de 13 ans. OU à une adulte de 23 ans dans 10 ans ^^

  3. J’ai jamais vu Dirty Dancing. c’est tellement adapté à toutes les sauces et référencé à la moindre occasion (surtout dans les occasions ultra cliché) (je suis pas remise du trauma New Girl je crois), que je sature avant même de le voir. En plus c’est le film préféré d’une fille que j’aime pas.

    Par contre j’ai vu Dirty Dancing 2, et c’était assez mauvais ^^

    Mais ce tshirt est oh so cool !

    • Je pense que le film en lui-même a un charme indéniable, indépendamment de son utilisation de plus en plus outrancière. Mais c’est vrai qu’une fois passé le momentum de l’adolescence, le voir en change un peu la nature. Globalement, c’est pas un film extraordinaire, mais c’est bâti intégralement sur l’éveil sexuel d’une adolescente a priori banale, et pour le coup, cet érotisme assez tendre (largement lié à Patrick Swayze) est suuuuper bien géré, quel que soit l’âge auquel tu le vois.

  4. Je l’ai vu pour la 1e fois à je sais plus, 18-19-20 ans. Bref, y’a pas siii longtemps, et je dois dire qu’à l’époque j’ai pas trop compris pourquoi c’était “culte”, ayant déjà trop grandi pour y voir ce que mes copines, quand plus jeunes, y avaient vu. Mais je l’ai quand même revu avec une certaine tendresse il y a peu..

    • Je l’ai vu tous les ans à partir de mes 12 ans, mais ma perception du film a évolué, je pense. A l’époque, j’étais love de PAtrick Swayze, sans trop savoir pourquoi. Ce n’est qu’assez tard que j’ai réussi à piger l’érotisme de taré du film (enfin, à le piger, disons qu’avant, je l’absorbais sans réfléchir). Mais du coup, a posteriori, ça fonctionne toujours très bien et c’est bien mené. Reste que la VF est priceless (les doubleurs se sont lâchés sur des dialogues pas si amusants en VO).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s