Résumé du mois dernier:

– “Le printemps c’est maintenant” (réajustement des gimmicks de campagne qui fait soupirer de soulagement en pensant qu’on a échappé à “La Pluie Forte” et autres jeux de mots autour du slogan de l’UMP)

.

– “Tu savais que c’est les mêmes mecs qui font McDo ?” (Chipotle vient d’ouvrir à Paris)

.

– “Super soirée à la #VillaSchweppes.” Et les films ? Quels films ? (après les fashion weeks, la presse et whatnot, c’est au tour du Festival de Cannes d’être gangréné et cheapisé par les blogueurs, les réseaux sociaux et Instagram)

☛ Sentence: http://missionvillaschweppes.tumblr.com/

.

– “Pourquoi je regarde encore ce truc de merde ?”  (les spectateurs du Grand Journal, confrontés à la médiocrité croissante de l’émission, très mauvaise pendant le Festival de Cannes et émaillée par les provoc’ stériles et égotrippées d’un des auteurs de Bref. et le départ imminent d’Ariane Massenet) ☛ succès subséquent quoiqu’inattendu d’une random chronique assassine.

.

– “Bonne fête Maman, je viens de me faire virer,” (Dan Harmon, après son renvoi de la série Community) ☛ son post atrabilaire sur la question et un autre. Sale temps pour le méta ?

.

– “Je veux pas te spoiler, cours vite voir Cabin in the Woods c’est incroyab’ !” – qui n’est pas sans rappeler le “Wah, t’as vu Scream de Wes Craven, c’était *trop fort* !” en 1996.

vs.

“Salopard de Ridley Scott, tu viens de tuer mon enfance” – réaction à Prometheus, qui n’est pas sans rappeler le “Bouffon de George Lucas, tu viens de tuer mon enfance” en 1999.

.

– “Zombie-pocalypse !!!” (wet dream come true de nerds excités par la fièvre cannibale qui commence à grandir, entre le gus dont le visage a été mangé à 80% par un junkie et les rues de Paris hantées par Luka Magnotta) ☛ une cartographie de la progression de la chose.

.

– “Quelle femme, tout de même” (ma mère, se découvrant une certaine admiration pour la Reine d’Angleterre lors son Jubilé de Diamant)

.

.

7 thoughts on “

  1. je viens de découvrir #VillaSchweppes, merci beaucoup. J’ai tellement de peine pour ces gens ! C’est Umberto Eco qui décrit ça le mieux je trouve :

    “Or, la division des classes est une abominable mécanique : le parvenu aura beau gagner un fric fou, d’ataviques stigmates prolétaires lui feront ignorer le maniement des couverts à poisson, accrocher un Kiki à la lunette arrière de sa Ferrari, un saint Christophe au tableau de bord de son jet privé, et dire qu’il va « au coiffeur » ; aussi n’est-il jamais reçu par la duchesse de Guermantes (et il rumine, se demandant bien pourquoi, vu qu’il a un bateau long comme un pont).”

      • Oui. Mais tout ce que dit Eco est beauté et vérité, il est l’homme devant qui je me prosternerai jusqu’à ma mort, j’ai même sa thèse de doctorat totalement illisible (“le problème esthétique chez Thomas d’Aquin”). Mais je pense qu’il a trouvé le noeud du problème : aller à la villa Schweppes c’est quelque chose qui peut arriver à des gens très bien. Mais le twitter, le poster en statut facebook et se gargariser d’avoir rencontré le perchiste de “Bref”, c’est vraiment accrocher un Kiki à la lunette arrière de sa Ferrari. La villa Schewppes, on le mentionne en passant, comme par inadvertance, et sur Facebook, on doit être taggué par quelqu’un d’autre sur une photo que l’on n’a pas posté soi-même.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s