Sky is the limit.

Y en a qui lisent l’avenir dans le marc de café, moi j’aime bien regarder l’évolution de la conjoncture économique dans les blogs mode & beauté.

Et sinon, subséquemment à ce que j’évoquais dans ce post, j’en suis là :

Tu peux y aller, j’ai bouffé à tous les rateliers : neon, pastel, couleurs acidulées d’été…

.

Tu penses qu’en 2008, les nanas agitaient leurs avant-bras en faisant des “hiiiii” et des “haaaaa” pour un sac Billy de Jérôme Dreyfuss, lequel a doublé de prix depuis (et puis je me suis fait tirer mon portefeuille dans un Twee, sac de merde). Maintenant, quelques poulettes continuent de se battre pour des sneakers Isabel Marant ou des boots Chloe, mais dans le fond, on sait bien que c’est plus notre guerre. A l’époque des subprimes, les new-yorkais avaient tenté de glamouriser cet état de fait en inventant le terme “recessionista”, qui avait alors fait les beaux jours de la presse féminine. Les riches devenant très riches et les pauvres très pauvres, en langage blog mode, ça fait qu’une dizaine de blogueuses ont pu passer du tout promod au tout Luisa ViaRoma, tandis les autres voudraient bien.

Plusieurs stratégies ont été testées au fil du temps pour se sortir de ça.

2009-2011 – tentatives répétées de faux blogs pour sponsoring foireux (démarche qui n’est plus homologuée depuis 2010). Collatéralement, on tente de rester dans le coup, à renforts de collections capsules de créateurs dans les grandes enseignes, de vouloir croire au Père Noël des box beautay (dont je vous ai déclaré tout mon amour ici), de guetter les vide-dressing de blogueuses plus riches ou mieux loties. Toutefois, la mode d’hyperconsommation, contrairement à la créativité, n’attend pas. Never-been.

2011 onward – le nail-art : quand la crise s’enlise, m’a dit un jour Joy, la mode se cristallise sur ce qui peut être le plus accessible. Dans les années 80 c’était le rouge à lèvres, dans les années 2010, c’est le vernis à ongles. Instagram (= 72% de photos de doigts peints) est là pour témoigner d’un engouement frénétique pour les ongles multicolores / pailletés / hologramme / jolis dessins de licornes vomissant un arc-en-ciel et j’en passe. Pour moi, c’est important parce que c’est le moment où, contrairement aux blogs mode de la grande époque, on consulte pour s’inspirer, et non pour admirer. Ce qui nous conduit au point d’orgue suivant :

2012 – le momentum du “do-it-yourself”, ce moment où les prix délirants des Sandro et autres Kooples masquent mal une réalité : fixer des clous sur une paire de tennis, vaporiser de la peinture fluo sur un collier, javeliser un short, fabriquer un bracelet brésilien, yes we can. C’est pas vraiment tout neuf, certaines blogueuses doivent leur succès à la créativité dont elle font preuve pour recréer des pièces de créateur ou des tendances malléables, je pense notamment à Margot de You Make Fashion, mais d’autres ont rejoint le mouvement : Pshiiit Polish (mon idole) s’est mise à fabriquer ses vernis, Walinette t’apprend à faire une anse de sac en corde de rando (évidemment) et je crois me rappeler que Mimnor nous avait appris à refaire un jean de la collection automne-hiver 2011 Isabel Marant. Maintenant, de nouvelles enseignes comme Chic Maker capitalisent sur ce filon en proposant une DIY Box, bientôt sur vos écrans, présenté par vos blogueuses mode préférées – une Box + du Do-it-Yourself + des blogueuses mode ? en anglais on appellerait ça “the best of both worlds” non sans sarcasme.

Bref, jamais le consumérisme effreiné n’aura autant eu des accents hippie. Encore une fois, quand ça joue sur les contraires, ça a tendance à me plaire, et ça me donne même envie de faire un smiley chat :3

.

A ce rythme, dans un an, Paris déménage dans le Larzac.

12 thoughts on “Sky is the limit.

  1. C’est un grand cri d’amour. Pour les bracelets brésiliens, c’est pas encore mon truc, ça me rappelle trop l’été de la 4eme sans doute. Mais c’est une super analyse sur le DIY… j’attends que Betty nous fasse un tuto sur “sauver l’économie mondiale, toi aussi tu peux le faire !”

    • Ooooh je reve que Betty fasse ça!!!
      Les bracelets, tu y viendras, assaillie que tu seras par de la blogueuse mode de tout poil et par des flash pubs urban outfitters ^^

    • Oh oui, j’imagine le truc d’ici : manger locataire, tricoter les fringues de son môme, fabriquer son vernis et s’en extasier en terrasse parisienne, une fois la rentrée venue :)

  2. Oh, ils sont jolis jolis ces bracelets!
    Décidément entre ça et les tee-shirt /shorts en jean passés à la javel, c’est vraiment vraiment le retour à la 5è.
    (D’ailleurs qui n’avait pas essayé de faire le truc avec la javel sur les tee-shirts – à base noeud et de javel – et que ça avait bien foiré?)
    (Et n’oublions jamais le plaisir du coupage de vieux jean et de vieux jean du padre)

    • J’en avais fait 2 à l’époque, dont un assez réussi, et ouais le tye&dye fait clairement partie des grosses tendances depuis un ou deux ans. On est dans un complet revivait années 90, c’est encore plus rigolo quand on a vécu l’époque objet de nostalgie à l’âge de raison, je trouve.

  3. j’adore ton analyse via les blogueuses mode, très réussi. J’admire ta capacité à te rappeler les tendances d’il y a plus d’un an, en bon poisson rouge du lectorat modien, j’oublie de mois en mois… Chouettes bracelets BTW.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s