Me & Bobby McGee, le film.

Je m’étais toujours demandé, sans vraiment le faire, ce que regarder la filmographie d’un auteur in extenso, dans l’ordre et dans un temps relativement circonscrit, m’apporterait.

photo 2

photo 1

Surtout quand ladite filmographie fait 35+ films, qu’elle commence façon road-movie du grenier et qu’elle finit en blockbusters parmi les plus chers de l’histoire du cinéma. Alors, est-ce que ça change l’appréciation d’un film trop connu depuis l’enfance ? est-ce qu’on prend plaisir à découvrir d’autres films plus mineurs ? est-ce que ça transforme la perception d’une œuvre dans son ensemble ?

On a donc commencé avec Amblin’, qui est un court de 1968, qui est pas tout à fait le tout premier travail de Spielberg, mais qui est aussi à peu près accessible. Et puis “this is the first movie that got me into the movies. […] This movie is very dear to my heart.” dixit Spielberg:

 

Et ça a déjà donné une première forme de réponse à la dernière question : oui, ça change la perception d’une œuvre (du moins d’une partie de celle-ci).