Résumé du mois dernier:

Résumé du mois dernier:

..

“Free Pussy Riots” (étendard politique d’un été un peu désespérant) (mots-clés : Poutine, engagement, féminisme, crime, châtiment, récupération, Madonna, mais surtout froid dans le dos)

Sale temps pour la démocratie.

.

#harcèlementderue (réponse enfin donnée à la question de savoir si ça fait plaisir de se faire alpaguer en pleine rue pour se faire dire qu’on est charmante – spoiler : non)

s’ajoute aux litanies de saillies de sexisme ordinaire qui ont émaillé cet été : la robe de Cécile Duflot, la pub Cif, la polémique lancée par les articles de Joystick et, dans une moindre mesure, Consoles +.

.

#legitimaterape (la même chose, en VO, dérapage républicain et tollé sur les réseaux sociaux)

pour tout savoir sur le viol légitime

Sale temps pour les œstrogènes.

.

“ça te dit, un petit Rosé Pamplemousse au Wanderlust ?” (suggestion de sortie pour parisiennes en goguette cet été) (le rosé pamplemousse, digne successeur du Tariquet dans le cœur de ces dernières, en encore plus sucré et totalement plus surévalué)(à vrai dire, je sais même pas si on en sert au Wanderlust, mais vous voyez l’idée)

.

“Ivre, …”  (après “Qui sont-ils ? Quels sont leurs réseaux ?”, nouveau détournement de phrasé journalistique préféré des ricaneurs aimant ricaner)

.

“Christophe Lemaître contre Usain Bolt, le choc des champions !” (France Télévisions, entre patriotisme, olympisme et illusions perdues)

“Tu m’ôteras pas de la tête qu’ils sont tous dopés.” – ma mamie, visiblement peu ébahie par les performances olympiques d’Usain Bolt (Lance Armstrong n’approuve pas).

.

“Alors on dit amarsissage ou atterrissage sur Mars ?” (conquête de l’espace et ouverture du champ des possibles langagier)

“Next time you walk outside on a clear night and see the moon smiling down at you, think of Neil Armstrong and give him a wink.”  (la famille de Neil Armstrong, resquiescat in pace)

Sale temps pour être un Armstrong, beau temps pour regarder vers le ciel.

.

+”Alors c’est ça, finalement, le marqueur de la prise de pouvoir de la kpop sur le monde ? Oo” (Succès sidérant de Gangnam Style par PSY)

.

Quant au vrai résumé de l’été, il est là, featuring Slate et les dessins rigolos de Laora Paoli : http://www.slate.fr/story/59309/resume-ete-dessins

Résumé du mois dernier:

Résumé du mois dernier:

“ALO UI CER CHIEN” (le meme de l’été)(breaking news)

.

“Quelqu’un peut m’expliquer la blague de ‘ALO UI CER’?” (exégètes infortunés qui semblent ne pas accepter qu’expliquer une blague la rend forcément moins drôle)

fiat lux ensues :

.

“TDKR” (acronyme sibyllin pour les non-fans, tenant pour The Dark Knight Rises, dernier volet de la trilogie Batman pondu par Christopher Nolan)

déception proportionelle à l’attente et actor’s studio epicness: http://peopledyinglikemarioncotillard.tumblr.com/

surtout, relance du débat fumeux dit “Wes Craven”, sur la corrélation violence et cinéma, featuring Aurora dans le Colorado.

.

“Le ciment du couple” (définition de la pipe, selon Elle, de l’aliénation par le verbe selon les féministes, et mise en évidence du gap de plus en plus alarmant entre féminin et empowered dans la presse)

Tribune en mode zéhef et donc cool par Gaëlle-Marie Zimmerman

.

“La mort de la littérature” (Amy Sherman-Palladino <3, auteur des séries Gilmore Girls puis Bunheads, à propos du succès croissant de Fifty Shades of Grey)(et merci Camille de m’avoir rappelé l’existence la photo ci-dessus :))

heure du décès prononcée lorsqu’on a jugé bon de réécrire les classiques de la littérature anglaise avec des scènes de cul. BDSM is the new “and zombies”. Et tant qu’on parle de Twilight…

.

“Gee, what a slut!” (une adolescente d’Albany à propos de Kristen Stewart, en novembre 2009, lors d’une projection de New Moon, propos sans doute réitéré par la même adolescente en apprenant que cette dernière a osé tromper le resident heartthrob qu’est Robert Pattinson)(tromper son mec est une chose, trahir des millions d’adolescentes, c’est franchir le mur du son)

.

“J’aurais jamais cru ça de Janet” et “Oh sérieux, le mec des 3T va s’occuper des gosses, maintenant ?” (réaction désemparée de nostalgiques des années 90, à la vue du sidérant Jackson-gate, cette lutte sordide des frangins de Michael Jackson pour récupérer son héritage en kidnappant ‘ma Jackson)

Merci Mel P. pour ce compte-rendu acharné, exhaustif et fascinant des événements. A vous les studios.

A User’s Guide to Call Me Maybe.

AVANT :

– L’album à succès “Télé Sept Jours” de l’ex-candidate recalée de Nouvelle Star.

(a tad bourrée, au passage, Carly)(mais comme, contrairement aux apparences, elle a 27 ans et non 14, c’est pas trop grave et somme toute très humain)

.

APRES :

(après que Justin Bieber a passé noël chez papa et maman avec sa brune, donc)

– Janvier-Avril 2012 : les lipdubs.

Le séminal : le Biebs et sa bande (dont Ashley Tisdale visiblement cokée jusqu’à l’arrière du cerveau)

Par la suite, beaucoup imité par des narcissiques en mal de masturbation sur leur auguste personne (au hasard : James Franco, Katy Perry, Miley Cyrus, Joan Rivers, etc.), jamais égalé.

☛ Succès Billboard subséquent et prise de pouvoir sur iTunes (+ un clip pour satisfaire la communauté gay).

.

– Mai 2012 : le passage chez Jimmy Fallon = adoubement mainstream d’un succès de midinette

☛ Légitimation et extension du domaine des possibles.

.

-Eté 2012 : la saturation

L’ultime parodie pour adultes, conclusion indépassable à une litanie de récupérations de la chanson.

.

La parodie pour les enfants.

(le top of the pops, selon moi) (cookie monster = cœurs et mignonnité)

.

Le meme Internet.

ALO UI CER CHIEN

+ les incalculables “top des meilleures et pires reprises de Call Me Maybe” (celui-ci inclus, d’ailleurs).

☛ Transfiguration culturelle définitive d’un banal succès pop.

.

Y a 15 ans, on en aurait eu en sus une reprise pop-rock emo par Travis. Et ça se serait appelé Baby, One More Time. En ce qui me concerne, je n’attends plus désormais qu’une reprise country-nashville par Taylor Swift, mais c’est tout.

Le truc fondamental, pour faire accéder un succès Billboard au rang de status pop-song, il me semble, c’est quand les parodies sont dénuées de cynisme ne visent aucunement la qualité de la chanson (de l’anti-Rebecca Black donc, où toutes les parodies visaient l’ineptie des paroles et cherchaient à créer le tour de force “téma quand on a du vrai talent ça peut être pas mal”). Comment en vient-on, donc, à faire de la parodie sans cynisme ?

.

Résumé du mois dernier:

© @da_mn

.

– “Il fait beau pour un mois de novembre.” (running-gag météo de parisiens aigris)

.

“Ma meilleure amie est plus noire qu’un arabe” (Nadine Morano, essayant sans doute de se reconvertir dans le stand-up, et pompant de toute évidence ses gags sur les sketches de Thierry le Luron dans les années 80)

non-drôlerie subséquente et succès de plus en plus palpable de la stratégie Buisson dans les esprits (à défaut des urnes).

.

“Que penser d’un président qui ne sait pas tenir sa femme ?” (random propos über-mysogyne de niveau Moundir/PMU lié à la désormais “Affaire du tweet”)

https://twitter.com/valtrier/status/212483414463492096

à titre personnel, je préfère la légèreté de Molly <3 Ringwald:

.

– “Super Mario!” (calembour lame d’une nouvelle génération de commentateurs de foot pendant l’Euro 2012)

Thierry Roland est mort, mais pas son empreinte sur le foot français, de toute évidence.

quel homme, tout de même, ce Mario Balotelli (et thx Kamui pour le lien)

.

“J’ai perdu foi en l’amour.” (la population féminine de cette planète, après avoir appris la rupture de Johnny Depp et Vanessa Paradis, pour cause d’un banal démon de midi) (banal, mais avec Amber Heard, tout de même)

vs.

“Je retrouve foi en l’amour !” (les mêmes, après avoir appris la rupture de Tom Cruise et Katie Holmes, pour cause, sans doute, on l’espère, d’une rupture de contrat quinquennal de la part de l’ex-Joey Potter de notre adolescence)

.

“Comment je vais faire, maintenant, pour voir les sorties quasi-techniques dans une salle qui vibre au rythme du métro?” (des cinéphiles parisiens endeuillés, après l’annonce de la fermeture de l’UGC Orient-Express)

fin d’une époque et d’une certaine façon de prouver son amour pour le cinéma (braver les rats et le popcorn rance est une preuve d’amour).

.

“Alors, tu l’as lu ? et c’est chaud ? et tu traduirais comment l’expression ‘mommy-porn’ ?” (curiosité amusée devant le succès désormais international de Fifty Shades of Grey, bouquin porno tirée d’une fanfiction Twilight, mais surtout fort mal écrit) cf. supra

.

“nooon ma serie preferer!!!1!” (réactions de fans high-level, visiblement éplorés à la suite de l’annonce de l’arrêt de Bref. sur Canal+)

révolution du programme court (sic) ou pas, certainement un des programmes les plus marquants de cette année télévisuelle.

.

– “Le futur, c’est aujourd’hui.”  (@da_mn, taquin de twitter, essaie de transformer un hoax classique sur Retour Vers le Futur en running-gag, dans une démarche à la fois très anecdotique mais révélatrice de beaucoup de choses sur notre culture actuelle) (je suis positivement fascinée, j’aimerais vraiment que quelqu’un écrive un article dessus, sinon, je m’en charge sur ce blog) (je vais le faire)

.

.

Résumé du mois dernier:

– “Le printemps c’est maintenant” (réajustement des gimmicks de campagne qui fait soupirer de soulagement en pensant qu’on a échappé à “La Pluie Forte” et autres jeux de mots autour du slogan de l’UMP)

.

– “Tu savais que c’est les mêmes mecs qui font McDo ?” (Chipotle vient d’ouvrir à Paris)

.

– “Super soirée à la #VillaSchweppes.” Et les films ? Quels films ? (après les fashion weeks, la presse et whatnot, c’est au tour du Festival de Cannes d’être gangréné et cheapisé par les blogueurs, les réseaux sociaux et Instagram)

☛ Sentence: http://missionvillaschweppes.tumblr.com/

.

– “Pourquoi je regarde encore ce truc de merde ?”  (les spectateurs du Grand Journal, confrontés à la médiocrité croissante de l’émission, très mauvaise pendant le Festival de Cannes et émaillée par les provoc’ stériles et égotrippées d’un des auteurs de Bref. et le départ imminent d’Ariane Massenet) ☛ succès subséquent quoiqu’inattendu d’une random chronique assassine.

.

– “Bonne fête Maman, je viens de me faire virer,” (Dan Harmon, après son renvoi de la série Community) ☛ son post atrabilaire sur la question et un autre. Sale temps pour le méta ?

.

– “Je veux pas te spoiler, cours vite voir Cabin in the Woods c’est incroyab’ !” – qui n’est pas sans rappeler le “Wah, t’as vu Scream de Wes Craven, c’était *trop fort* !” en 1996.

vs.

“Salopard de Ridley Scott, tu viens de tuer mon enfance” – réaction à Prometheus, qui n’est pas sans rappeler le “Bouffon de George Lucas, tu viens de tuer mon enfance” en 1999.

.

– “Zombie-pocalypse !!!” (wet dream come true de nerds excités par la fièvre cannibale qui commence à grandir, entre le gus dont le visage a été mangé à 80% par un junkie et les rues de Paris hantées par Luka Magnotta) ☛ une cartographie de la progression de la chose.

.

– “Quelle femme, tout de même” (ma mère, se découvrant une certaine admiration pour la Reine d’Angleterre lors son Jubilé de Diamant)

.

.