Le post que je n’arrive pas à écrire

Hey les mecs, j’ai déménagé: maintenant, il faudra m’imaginer non plus dans une ville glauque du nord de l’Etat de New York, au presque-Canada, mais dans la ville de l’amour fraternel et de l’inceste – à Philadelphie pour ceux qui ont pas fait Grec au lycée. Tout ça me vaut une litanie de voyages en bus – Albany/NY en décembre, NY/Philly maintenant – je suis au bord de l’épuisement, mais je crois que j’ai réglé mon problème de nausées en voitures (ce qui s’appelle traiter le mal par le mal). En vérité, c’est pas pour ça que j’ai mis si longtemps à poster. Disons que tous ces voyages m’inspirent des relents de péril jaune assez difficile à assumer parce que “attention terrain très très glissant”…

Clément, qui pour une raison que j’ignore encore à ce jour, ne reçoit jamais mes SMS, a raté par exemple ce bijou de poésie urbaine le 14 décembre dernier:Ca pue la bouffe le bus est plein y a un bébé et on m’a refilé un billet de 5$ déchiré. Je HAIS les Chinois.” *mode Caliméro raciste on*, comme on disait en 2006. Mais aussi, j’étais dans le bus pour Albany, à 21h (arrivée minuit dans une ville noyée sous la neige, very uncool).

Notons qu’en revanche, les tweets suivants étaient très publics:

On my way to NYC in a swine flu bus, yay! (swine flu bus = bus chinois, rapport à leur taux de remplissage – à l’époque où je cultivais encore l’espoir de rassembler un massif lectorat anglophone autour de mes tweets)

Écoute de la pop chinoise dans le bus pour Albany. La ressemblance avec l’eurodance trash est frappante.

Je corrige: pop chinoise = eurodance des années 90 meets musique d’anime des années 80. Weird. (à 7h30 du matin, c’est même plus que weird, c’est carrément agressif et particulièrement vilain)

Regarde E.T. dans le bus pour New York! Ca sent les vacances!!! (et la bouffe chinoise) #thanksgiving (rien RIEN ne peut entraver le bonheur suprême lié à la perspective de Thanksgiving – et au visionnage d’E.T. Même pas l’odeur de nem, on s’y fait, en fait)

Une journee qui commence avec de la techno chinoise et une amende qui double le prix de mon billet de bus… Fuck. (je mets au défi quiconque de garder son calme quand il se fait traiter de voleur en chinois)

30 min de marche sur du verglas par -7 degrés en trainant 20kgs de bagages. Tout ça pour prendre un bus nawach. NY c’est aussi ça. #fml (on m’en a voulu pour le politiquement incorrect “nawach” – ça s’appelle l’usure)

L’avantage du China bus: quand on le rate on peut se faire manucurer pour patienter… (on sent que les vacances sont passées par là – 3 semaines sans bus chinois, j’en ai presque oublié que le conducteur c’était curé le nez juste avant de me demander mon passeport) (cela étant, on note qu’il y a déjà 2 catégorisations sur les Chinois en 140 caractères) Continue reading