Joyeuses Pâques!!!

… NOT!

Oh ouais, en ce week-end pascal, où on fête les agneaux (en sauté ou en gigot), où on s’offre oeufs, lapins et  cloches (en chocolat), et où ma coloc a mangé en famille le désormais légendaire Turducken, je te fais mon menu:

– de l’eau (ça c’est pour me réhydrater)

– de l’Advil, 6 par jour (ça, c’est pour faire tomber la fièvre)

– des crackers (on appelle ça un plâtre d’estomac)

Comme ils disent pas mal, ici: it sucks to be me (like hell, j’ai envie de préciser)

Comme mon mal d’estomac,  mes 2 kg perdus en moins d’un week-end et moi on est épuisés, on va se coucher. D’ici là, je vous laisse méditer sur l’humour américain, avec LOLJesus. Pour info, ma coloc me l’a présenté comme “something terrible“: qu’est-ce qu’elle n’assume pas? Son humour Carambar ou son amour pour le blasphème? (faudrait qu’un jour je vous raconte le “BITE ME” en faux sang qu’on a tagué sur le mur du salon, en faisant du T une croix)

facebook

Polish crash

En ce moment, et dans le but de me calmer sur la manucure en vitrine, je me fais un banc d’essai OPI personnalisé (on pense ce qu’on veut, ça reste plus sympa de se peindre l’ongle devant Grey’s Anatomy).

De nuances 2007 à 2009, j’ai comblé mon retard et en effet, Russian Navy se révèle un plus joli bleu nuit que le Dior, oui, le marron You Don’t Know Jacques est très joli, et je crois bien que je vais avoir de jolis ongles Cajun Shrimp cet été, sans parler de mon printemps en Crêpe Suzy-ette.
Seulement j’ai éclaté un flacon sur mon lit pendant la bataille, ça a imprégné draps et peau de mouton (oui, j’ai e peau de mouton sur mon lit, et c’est un jour de deuil grave et intense pour moi). J’ai tenté de nettoyer avec du dissolvant. Une bougie Jasmin me tendait les bras pour masquer le tout.
Il y a tellement d’odeurs chimiques dans ma chambre que j’ai l’impression de vivre dans un labo clandestin de crystal-meth.

Very uncool.

Britney vs. Amy

Au risque de réchauffer de bien vieux plats, je tiens à signaler qu’aujourd’hui était un jour important dans la culture pop américaine. Ces jours importants se divisent en 3 catégories:

– les Oscars

– la sortie d’un album de Madonna

– la diffusion d’un clip de Britney Spears

Cette taxinomie est certes discutable, mais comme dit le dicton, les temps changent.

Aujourd’hui était un de ces jours : Clip de Britney Spears ( les deux autres catégories ont été des ratages monumentaux de ces derniers mois).

Entendons-nous. La seule chose qui me touche chez Britney Spears, c’est la façon dont elle gère sa dépression en public. Ses post-partum consécutifs, ça me plait. Son mariage raté, aussi. Sa boule à Z restera dans ma mémoire comme un des moments de glauquerie les plus brillants du monde.

A l’inverse, ses fantasmes en James Bond Girl, ses rapports avec les éléphants ou sa joaillerie Bulgari, je m’en bats l’œil (cf. les clips de Womanizer et de Circus). Jusqu’ici le dernier album confirmait un peu mon sentiment de l’an passé sur le fait que Britney est tellement plus intéressante en épave dépressive.

C’était jusqu’à la vidéo d’aujourd’hui. If you seek Amy est une des chansons très moyennes du dernier album (je sais de quoi je parle, j’ai eu l’honneur immense de me le faire offrir à Noël). Rengaine au son passéiste, du Britney cuvée  “je suis une oie blanche qui tente de se dévergonder” (sooooo 2001), mâtiné d’un jeu de mots foireux qui fait jaser les pauvresses en mal de sensations fortes  (If you seek Amy = “F.U.C.K. me” en phonétique, trop haha hihi haha ho, quoi – Lindsay Lohan en a parlé sur son Myspace, c’est te dire le niveau), on se dit “Britney est restée une bad girl parce que le peuple veut la fucker”. Ouais. Paye ta subversion. Continue reading

Pétainisme latent

Depuis que j’ai vu ma colocataire se faire une omelette en:

– vaporisant un spray aromatisé au beurre dans une poêle

– versant le contenu d’une petite brique de “Egg-whites” dans ladite poêle (le tout agrémenté de petites tomates cerises)

– salant avec un substitut salé

J’ai une envie de retour à la terre, d’artères bouchées et de cholestérol d’une force difficilement contrôlable. Pour info, demander une omelette de “Egg-whites” en brique, c’est un surcoût de $2.50 au brunch, parce que “it’s so much healthier”. Je vous laisse, je vais manger un risotto en poudre avec des champignons déshydratés.

ANTM

Les expatriés sont en général des animaux grégaires. De French Tuesdays en collègues VIE/Fulbright/EFAP, ça reste dans le domaine de l’entre-soi. Des fois que tu aimes fréquenter le Café Charbon et que tu dînes au Père Pinard, paye ton acculturation. Bref, en général, l’expat’ qui te parle des Américains comme s’il était parti en vacances avec eux tous les étés en Floride, il les connait uniquement via une sorte d’observation non-participante (participante quand il y a chope – mais c’est rare – ça s’appelle du tourisme) de groupes braillards/gloussant dans un bar quelconque un samedi soir.

.

.

En revanche, ma colocataire veut participer à la prochaine édition d’America’s Next Top Model.

Vas-y comme je m’intègre.